Posts Tagged ‘socialistes’

Les dix plaies d’Egypte

juillet 11, 2013

Si les natios avaient un peu de cervelle, ils comprendraient pourquoi Claire Chazal à reçu un seau d’excréments à travers la vitre de sa voiture. La pauvre n’a vraiment rien fait pour le mériter.

Ne s’agirait-il pas d’une action de représailles envers ceux qui ont envoyé un  colis contenant des excréments à Hélène Mandroux maire de montpellier pour s’être empressé de célébrer le premier mariage gay de France ?

C’est du oeil pour oeil et dent pour dent. Si on ne le comprend pas on ne comprend rien. Peut-être faut-il analyser de la même façon la décision touchant les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy et les attaques contre Bernard Tapie qui ne paraissent pas totalement fondées. Vous avez touché – éliminé – deux de nos hommes, en représailles, nous éliminons deux des vôtres : Nicolas Sarkozy et Bernard Tapie pour Dominique Strauss Kahn et Jérôme Cahuzac.

Les Hébreux en Egypte étaient des fainéants qui passaient leurs vies dans de mauvaises discussions et refusaient de participer aux corvées. Convoqué devant le Pharaon, Moïse fit un prodige pour montrer sa grandeur au Pharaon : il transforma le bâton en serpent.  Le Bâton est un symbole de commandement, le serpent le symbole de la scélératesse. Transformer le bâton en serpent c’est se servir de son pouvoir pour commettre des bassesses. Les dix plaies d’Egypte sont les représailles contre le Pharaon et les Egyptiens pour avoir refuser de reconnaitre la grandeur de Moïse et la soumission  devant son Dieu Yahvé.

Moîse, le serpent, le pharaon.

La voie de la désolidarité

juin 3, 2009

Ne pas se perdre avec autrui

Les grandes consciences de gauche ayant imposé cette situation déplorable de violence et d’anomie : (rupture de la confiance et de la solidarité entre les citoyens). Ils en appellent maintenant à notre solidarité. S’étant mis dans un bourbier sans solution, ils appellent les citoyens à l’aide, au nom des grands principes, afin qu’ils s’occupent des problèmes qu’ils ont créés.


 » Sache que celui qui est dans le bourbier ne t’appelle que pour se consoler à tes dépens, quand tu seras embourbé avec lui. Les malheureux cherchent quelqu’un qui les aide à porter leur affliction. Tel qui, durant leur prospérité, leur tournait le dos, leur tend maintenant la main. Il faut bien viser à ne pas se noyer en voulant secourir ceux qui se noient. »

Balthasar Gracian; L’art de la prudence