Posts Tagged ‘propagandiste’

La statocratie, son outil principal.

août 13, 2009

Le corps enseignant

Pierre Bourdieu, le sociologue, disait qu’on héritait de sa famille trois « capital » : un capital économique, un capital culturel et un capital relationnel. Or si celui qui naît dans une famille de la bourgeoisie en bénéficie bien, celui qui naît dans une famille ouvrière n’en hérite d’aucuns et le système scolaire ne lui transmet rien.

L’école n’éduque pas. Le fait de passer son enfance le postérieur visé sur une chaise avec interdiction de bouger, interdiction de parler, interdiction de prendre aucune initiative, ne peut pas valoir pour une éducation. Le capital culturel transmis est un apprentissage de la discipline et de l’obéissance. Par contre on farcit la tête des enfants avec des choses qui se servent à rien:  les mathématiques, la physique. On les occupe en leur faisant croire que la résolution de  « ax²+bx+c=0 », est de la plus haute importante, et que de sa réussite dépendra leur avenir. Lorsque les enfants s’inquiètent de savoir : « A quoi ça sert ? », aucune réponse ne leur est fournie; ils doivent apprendre à obéir sans poser de question !

Le capital économique transmis par l’école est inexistant, mais encore, on n’apprend pas aux enfants dans quelle société ils vivent : ni le fonctionnement de cette société, ni les règles économiques de base : créer une société, la loi de l’offre et de la demande e c t. Le capital relationnel est peu important, il s’agit des amis d’enfance, le contexte en lui-même n’est pas vraiment favorable pour se faire des amis. On n’y apprend pas ce qu’est un réseau, ni aucune des nécessités de la vie en société. On n’y parle évidemment jamais d’argent, ce serait briser un tabou pour les fonctionnaires. L’enfant n’apprend que ce que le système a besoin qu’il sache, rien d’autre. Le système reproduit donc les inégalités sociales, le pauvre reste pauvre : confirmé par les statistiques.

Mais aussi, l’action de l’éducation nationale est délétère sur les esprits, le ton comminatoire n’a pour but que d’impressionner les enfants et leur inspirer crainte et respect pour les représentants de l’état, pour le reste de leur existence, et ceci sous couvert du « Bien » des gens.

Ici l’esprit fait un paralogisme, ce qu’il voit : des gens qui disposent de l’autorité et qui savent, alors que lui ignore, s’imprime à vie, de telle sorte qu’il réagisse dans la suite de sa vie comme s’il avait acquis un réflexe de Pavlov d’obéissance vis-à-vis des représentants de l’état :

C’est le but principal recherché !

A la sortie, la seule  » instruction nationale » qui leur soit donné est : « cherchez un employeur », l’unique possibilité de  » living » pour eux est le salariat (comme leurs professeurs), ils sont livrés pieds et poings liés aux employeurs, serfs obéissants ne sachant rien.

Bourdieu

août 13, 2009

1. Bourdieu, une approche holiste

Comme nous avons vu l’hérédité a son importance dans la mobilité sociale, à travers le processus de socialisation primaire les parents transmettent une culture. La famille fait également profiter ses enfants d’un patrimoine économique et d’un environnement relationnel, Pierre Bourdieu évoquera à cet égard la transmission d’un « capital économique, culturel et social ». À partir de ce constat, Bourdieu expliquera les inégalités entre les enfants de familles ouvrières ou bourgeoises, capital culturel et un capital social c’est-à-dire relationnel. Il s’agit là d’une approche holiste qui ne tient pas compte des calculs et des choix individuels. Il définira le capital relationnel comme des connaissances, des références culturelles et des compétences de nature intellectuelle ainsi que des goûts comme ceux de la lecture, de la poésie, du théâtre, lesquels seraient valorisés par l’école bourgeoise. Bourdieu accuse donc l’école de propager la culture de la « classe dominante » et d’imposer l’acculturation comme condition de réussite aux enfants d’ouvriers. Il parle là d’une violence symbolique consistant à obliger un enfant à assimiler des codes complexes qu’il n’utilise pas naturellement dans son milieu, comme l’affirme un disciple de Bourdieu : « ce qu’exige l’école de l’enfant prolétaire, c’est moins, en soi, d’apprendre à construire une phrase et à maîtriser le vocabulaire des bourgeois qu’à adopter une forme de langage qui le nie profondément, lui, comme sujet » (J.P. Terrail Destins ouvriers, la fin d’une classe ? Puf  1990). non tant par des moyens financiers différents, mais par un héritage accumulable de générations en générations, non taxable celui-là, en

On peut reprocher à Bourdieu d’émettre des théories auto-réalisatrices, en effet en considérant que l’école n’a pas à véhiculer une culture bourgeoise il ne permet plus aux strates les plus pauvres de s’élever alors que la culture bourgeoise passe par la famille donc avantage les enfants de la bourgeoisie. Ceci est aussi cocasse quant on sait l’influence que Bourdieu a eu sur la transformation de l’école et la valorisation de disciplines et de contenus plus accessibles aux ouvriers avec les résultats désastreux en terme de passeport pour la réussite que l’on sait. Mais au-delà de l’école Bourdieu explique l’effet de dominance par le capital social, il s’agit surtout des relations utiles, celles qui peuvent permettre de bénéficier de quelques avantages comme la cooptation ou le népotisme (piston) ou qui permettront de repêcher l’héritier pas trop doué.

Mais le capital culturel détenu par les ouvriers n’est pas seulement inégal à celui des PCS +, il est aussi différent et implique des façons de s’exprimer,codes sociaux propres à l’origine sociale, ceux-ci sont discriminants lors des barrages d’entretien pour entrer dans des écoles ou pour un recrutement en entreprise. On en revient à la notion d’habitus dans laquelle même à capital économique plus important, le fils d’un gros commerçant devrait posséder un désavantage vis-à-vis d’un fils de cadre supérieure pour intégrer l’ENA, capital culturel et social font encore la différence.

http://libertariens.chez-alice.fr/mobila.htm

Ce qui différencie au premier abord un fils de bonne famille d’un ouvrier est visuel : on ne s’habille pas de la même façon. C’est un habitus différent, les codes de comportement ne sont pas les mêmes, on ne parle pas de la même façon, le ton de la conversation est différent, on n’emploie pas les mêmes mots, les  sujets de préoccupation ne sont pas les mêmes.

Stratégie

août 7, 2009

Médias et fonctionnaires

Le problème du Front National, ce ne sont pas ses adversaires politiques : Ségolène Royal, Martine Aubry, Nicolas Sarkozy, ce sont ces journalistes qui refusent de lui donner la parole tout au long de l’année, et qui, au moment des élections, lorsque la loi les y oblige,  montrent de l’hostilité aux représentants FN, les interrompent à tout moment, les font paraître sous un mauvais jour.

Lorsque le FN se plaint de ces traitements anti – démocratiques, il lui est adressé une fin de non-recevoir : « Mais, aujourd’hui vous êtes invité ! » ; «  Si vous passez votre temps à vous plaindre, vous n’aurez plus de temps de parole. » lui dit-on.

Il ne sert à rien de faire de la politique, d’expliquer son programme, de critiquer ses adversaires, aussi longtemps que les journalistes faussent le débat public. Le préalable à toute discussion doit être le respect de la démocratie par ces mêmes journalistes !

Mais puisque ces journalistes interdisent le débat politique en refusant d’inviter les nationalistes à la TV et que le débat ne  peut avoir lieu là où il le devrait : Sur la place publique ; les patriotes, à chaque fois qu’ils ont affaire à des fonctionnaires : Agents de l’ANPE, Assedic, Policiers, Justice, Impôts, doivent déplacer le lieu de débat et parler de politique.

Il est juste de le faire car ceux qui refusent de donner la parole sont des fonctionnaires qui ne respectent pas la démocratie, condition du respect de ces mêmes fonctionnaires : plaignez-vous du trucage des élections par ces journalistes qui ne donnent la parole qu’à leurs amis.

A l’heure actuelle, les directeurs de programme refusent d’organiser des débats politiques publics car ces débats tourneraient au désavantage des politiques en place.

Il ne sert à rien de chercher à se conformer aux exigences de cette société alors que cette société  est le problème.

Différence de traitement

août 7, 2009

FRANCE 3

I télé

*

La journaliste de FR3 n’est pas neutre politiquement comme elle  devrait l’être, – c’est une fonctionnaire  –  elle fait sentir son hostilité vis-à-vis du FN. Il est évident qu’une telle journaliste est un désavantage, elle envoie une mauvaise image du FN.

La Loi du Cœur

juin 29, 2009

Charlotte de SOS Racisme

A partir de 2 mn

C’est Hegel qui a exposé la Loi du cœur dans la phénoménologie de l’esprit en 1807.

On en retrouve toutes les caractéristiques :

Elle prétend lutter contre les préjugés alors qu’elle propage ces préjugés.

Elle se bat contre le racisme alors qu’elle excite les communautés les unes contre les autres.

Elle fait ce qu’elle dénonce, elle dénonce ce qu’elle fait.

Elle élabore une humanité souffrante en lutte contre les méchants.

Elle est dans l’épidictique, le beau et le laid – c’est à vomir- dit-elle.

Elle est dans la morale, le Bien et le Mal, mais une morale très poussée.

Elle est extrême, il n’y a pas de juste milieu, ou vous êtes d’accord avec elle, ou vous êtes des Salauds. Vous n’avez pas le droit de ne pas être d’accord, donc :

Elle est fanatique,  ses certitudes sont mieux établies que les évangiles et elle est prête à la violence pour les faire triompher, ( les Nathalie Ménigon et autres XG)

Elle est opiniâtre, rien ne peut la faire changer d’avis.

Elle est de mauvaise foi, mais une cause aussi bonne DOIT ( c’est un devoir) être défendue par tous moyen.

Elle est inconséquente car elle n’écoute que son cœur, elle est aveugle aux conséquences de ses prises de positions, la violence, les morts, les débuts de guerre civile, ne sont que des détails qui doivent céder face à son idéal «uber all »

La loi du cœur est une folie.  Le plus souvent c’est un délire féminin, mais on y trouve aussi des hommes, c’est une maladie de jeunesse qui passe….ou qui ne passe pas !

http://www.fdesouche.com/articles/50165

Temps de parole du Front National en 2008

juin 27, 2009

SOURCE :https://antidragon.wordpress.com/2009/06/14/allez-voir-les-temps-de-parole/puis :http://www.csa.fr/infos/controle/television_pluralisme_accueil.phpPuis :http://www.csa.fr/infos/controle/television_pluralisme_detail.php

Temps de parole du Front National sur France2  comparé à celui du Parti Socialiste sur France2

France2 / FN


France2 / PS

Jan 2008

8 mn 14 s

1 H 31 mn 32 s

Fev 2008

4 mn 56 s

1h 02 mn 45 s

Mars 2008

35 s

52 mn 59 s

Avril 2008

2 mn 02 s

1 h 17 mn 37 s

Mai 2008

2 mn 11 s

1 h 13 mn 19 s

Juin 2008

14 s

51 mn 58 s

Juillet 2008

19 s

58 mn 42 s

Aout 2008

13 s

51 mn 57 s

Septembre 2008

3 mn 46 s

41 mn 42 s

Octobre 2008

—-

51 mn 10 s

Novembre 2008

2 h 28 mn 46 s

Décembre 2008

7 mn 54 s

40 mn 46 s

Totaux

30 mn 24 s

13 h 23 mn 13 s

DEMANDE D ANNULATION DES ELECTIONS EUROPEENNES 2009

juin 22, 2009

La lettre suivante est partie aujourd’hui, en recommandé avec avis de réception à l’adresse suivante :

Monsieur le président de la Section du contentieux du Conseil d’Etat

1, place du Palais-Royal – 75100 Paris 01 SP

*****************************************************

Prénom Nom                                             Lieu et date 20 Juin 2009

Adresse

Ville

Tel

Demande d’annulation des élections européennes

A Monsieur le président de la Section du contentieux du Conseil d’Etat

Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir prendre en compte ma demande d’annulation des élections Européennes du 7 Juin pour les raisons ci-dessous :

Considérant que la pluralité politique assuré par la « Décision n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986 » ; vérifiée par la mesure des temps de parole des candidats par le CSA, n’a pas été respecté par les chaînes de Télévision : TF1, France 2, France 3 ;  principales chaînes d’information au vue des sondages audimat ; Que Daniel Cohn Bendit a bénéficié de la part de toutes ces chaînes, ou de l’une d’elles particulièrement, d’un traitement de faveur consistant dans des invitations à s’exprimer sur ces chaînes au cours de l’année 2009 ; Que ces invitations furent nombreuses et répétées.

Considérant donc, que le temps de parole accordé à Daniel Cohn Bendit fut en dehors de toute proportion vis-à-vis de son poids électoral passé ; Que l’écologie ne saurait être le domaine réservé d’un parti politique unique ;  Que son temps de parole AVANT le début de la campagne électorale fut excessif ; Que ceci a été de nature à influencer l’opinion publique, Qu’en conséquence ces manœuvres ont été de nature à fausser le résultat des élections, et ont permis au parti Europe Ecologie d’obtenir 16.2 % des suffrages :

Je demande donc l’annulation des élections Européennes pour non-respect du pluralisme et des temps de parole dans les médias cités.

Etant un particulier,  je ne dispose donc pas des relevés des temps de parole 2009 des diverses tendances politiques. Le CSA, comme vous le savez, ne met pas ces relevés à disposition du grand public, mais cette  circonstance ne peut être invoquée par le conseil d’état pour refuser d’examiner cette demande d’annulation.

Néanmoins, pour justifier ma demande, je m’appuie sur l’opinion générale, il est de notoriété publique que Daniel Cohn Bendit eut porte ouverte dans les médias au cours de l’année 2009.

Cette lettre est consultable dès à présent sur Internet afin de servir le Droit.

En espérant que le conseil d’état dans sa considération du bien public et  son respect de la démocratie telle que la définit la Déclaration des Droits de l’Homme, voudra bien prendre en compte ma demande et lui donner une suite. Je le prie de croire en mes sentiments distingués.

Nom et signature

Fait en trois exemplaires, plus une photocopie.

Les textes de loi  qui n’ont été respecté :

–  Le décret n° 94-813 du 16 septembre 1994 portant approbation du cahier des missions et des charges de la société France 2 ; modifié par le décret n° 2002-750 du 2 mai 2002 »  article 2 ; 55 ; 56

–  La loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) » Articles 13 ; 16 ; 43

– La décision du conseil constitutionnel n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986

– La décision du conseil constitutionnel n° 2000 – 433DC du 27 Juillet 2000, loi modifiant la loi N° 86-107 du 30 Septembre 1986

***********************

Documents joints pour appuyer ma demande, les références des textes de lois concernant les temps de parole et leur respect :

Les passages importants sont en gras :

En page 3 : La Loi N° 86-1067

Page 4 : La décision du conseil constitutionnel n° 2000 – 433DC

En page 5 et 6 : les textes du CSA sur son site.

En page 7 : Le cahier des charge de France 2

***********************************************************

page 3

Loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard)

Version consolidée au 14 juin 2009

Article 13 En savoir plus sur cet article…

Modifié par Loi n°2004-669 du 9 juillet 2004 – art. 108 JORF 10 juillet 2004

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel assure le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel communique chaque mois aux présidents de chaque assemblée et aux responsables des différents partis politiques représentés au Parlement le relevé des temps d’intervention des personnalités politiques dans les journaux et les bulletins d’information, les magazines et les autres émissions des programmes.

Article 16 En savoir plus sur cet article…

Modifié par Loi n°2004-669 du 9 juillet 2004 – art. 32 JORF 10 juillet 2004

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel fixe les règles concernant les conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives aux campagnes électorales que les sociétés mentionnées à l’article 44 sont tenues de produire et de programmer. Les prestations fournies à ce titre font l’objet de dispositions insérées dans les cahiers des charges.

TITRE III : DU SECTEUR PUBLIC DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE

Article 43-11 En savoir plus sur cet article…

Modifié par LOI n°2009-258 du 5 mars 2009 – art. 4
Modifié par LOI n°2009-258 du 5 mars 2009 – art. 5

Elles (Les sociétés énumérées aux articles 44 et 45) assurent l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information ainsi que l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans le respect du principe d’égalité de traitement et des recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

**************************************************

 page 4

Décision du CONSEIL CONSTITUTIONNEL n° 2000 – 433DC du 27 Juillet 2000, loi modifiant la loi N° 86-107 du 30 Septembre 1986 ; Extrait :

[9. Considérant que le pluralisme des courants d’expression socioculturels est en lui-même un objectif de valeur constitutionnelle ; que le respect de ce pluralisme est une des conditions de la démocratie ; que la libre communication des pensées et des opinions, garantie par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ne serait pas effective si le public auquel s’adressent les moyens de communication audiovisuels n’était pas à même de disposer, aussi bien dans le cadre du secteur privé que dans celui du secteur public, de programmes qui garantissent l’expression de tendances de caractère différent dans le respect de l’impératif d’honnêteté de l’information ; qu’en définitive],« L’objectif à réaliser est que les auditeurs et les téléspectateurs qui sont au nombre des destinataires essentiels de la liberté proclamée par l’article 11 de la DDH soient à même d’exercer leur libre choix sans que les intérêts privés ou les pouvoirs publics puissent y substituer leur propres décisions. » [ni qu’on puisse en faire les objets d’un marché.]

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/2000/2000-433-dc/decision-n-2000-433-dc-du-27-juillet-2000.452.html

**********************************************

Page 5

Déclarations du CSA lui-même accessible sur son site :

CSA ; textes juridiques  :

http://www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=8546

Le principe de référence adopté par le CSA pour l’évaluation du respect du pluralisme politique dans les médias

Le Conseil constitutionnel (1) a d’ailleurs souligné, rappelant la valeur constitutionnelle de ce principe : “Considérant que le pluralisme des courants d’expression socioculturels est en lui-même un objectif de valeur constitutionnelle ; que le respect de ce pluralisme est une des conditions de la démocratie,

(1) Décision n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986

Pluralisme externe et pluralisme interne

Celle (l’expression)  du pluralisme interne veut qu’un opérateur assure au sein de ses programmes l’équilibre et la diversité des points de vue et opinions.
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est chargé par la loi de veiller au respect de ces deux formes de pluralisme.

Le Conseil (CSA) a jugé qu’une approche quantitative, mesurée notamment par les temps d’intervention, est nécessaire et permet de rendre compte de l’accès à l’antenne des personnalités politiques.

page 6

Pluralisme de l’information :

http://www.csa.fr/infos/controle/television_pluralisme_accueil.php

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a pour mission, de par la loi sur l’audiovisuel, de garantir le pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion.

Le pluralisme interne s’impose aux télévisions et veut que l’équilibre entre les points de vue et les opinions soit respecté par chaque chaîne.

En dehors des périodes électorales, durant lesquelles est mis en place un dispositif spécifique de relevé et de suivi des temps de parole et d’antenne des personnalités politiques, le Conseil vérifie, tout au long de l’année, l’application par TF1, France 2, France 3, Canal+ et M6 du principe de référence adopté en janvier 2000.

Le Conseil établit mensuellement, par un visionnage spécifique, un relevé des temps de parole des personnalités politiques sur l’ensemble des programmes (journaux, magazines d’information, autres émissions du programme où les interventions sont plus ponctuelles). Afin de lisser les effets purement conjoncturels, les temps d’intervention sont également analysés dans une perspective trimestrielle, sous forme de « trimestre glissant ».

Ces relevés sont transmis aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’aux responsables des partis représentés au Parlement.

***

Note :  Conformément à la loi du 30 septembre 1986 modifiée, le Conseil communique chaque mois aux présidents de chaque assemblée et aux responsables des différents partis politiques représentés au Parlement le relevé des temps d’intervention des personnalités politiques.

********************************************************

page 7

Décret n° 94-813 du 16 septembre 1994 portant approbation du cahier des missions et des charges de la société France 2

Modifié par le décret n° 2002-750 du 2 mai 2002

OBLIGATIONS GENERALES ET DEONTOLOGIQUES

Article 2 :

Dans le respect du principe d’égalité de traitement et des recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel, la société assure l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information ainsi que l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion. Elle veille également à ce que son offre de programme témoigne de la richesse et de la diversité des cultures constitutives de la société française.

La société s’interdit de recourir à des procédés susceptibles de nuire à la bonne information du téléspectateur.

CONTROLE DU RESPECT DES DISPOSITIONS

DU CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES

Article 55 :

La société adresse chaque année, avant le 30 avril, au Ministre chargé de la Communication et au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel un rapport sur l’exécution du présent cahier des missions et des charges.

Article 56 :

La société communique au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel toutes les informations que ce dernier juge nécessaires pour s’assurer qu’elle respecte ses obligations légales et réglementaires ainsi que celles résultant du présent cahier des missions et des charges.

A cette fin, la société conserve trois mois au moins un enregistrement des émissions qu’elle diffuse ainsi que les conducteurs de programmes correspondants.

———————————————————–

_________________________________________________

Informations complémentaires:

https://antidragon.wordpress.com/category/enquete-temps-de-parole-tv-et-elections/

https://antidragon.wordpress.com/category/les-medias-et-lopinion-publique/

Les personnes qui pensent que les médias ont un rôle politique trop important peuvent faire une copie de cette lettre et l’envoyer dans les mêmes conditions, le coût est de 5 euros.

Les pouvoirs public et le contrôle des médias

juin 21, 2009

Les différentes sources :

Conseil d’état

http://www.conseil-etat.fr/ce/home/index.shtml

le Conseil supérieur d l’audiovisuel :

http://www.csa.fr/

Recommandation du 7 novembre 2006 à l’ensemble des services de télévision et de radio en vue de l’élection présidentielle:

http://www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=120409

Textes de lois :

http://www.legifrance.gouv.fr/home.jsp

http://www.palais-bourbon.fr/13/projets/pl1209.asp

le pluralisme dans la Jurisprudence du conseil constitutionnel :

http://forumeurs.free.fr/jp/cc270700normes_ref.html

Divers :

http://www.educasources.education.fr/selecthema.asp?ID=88029

Commission nationale des compte de compagnes et des financement politique :

http://www.cnccfp.fr/index.php?art=620

Membres du CSA au 01-09

juin 20, 2009

Statut des membres

Le mandat du président et des conseillers du CSA est de six ans. Les conseillers sont soumis à un devoir de réserve et ne peuvent cumuler leur fonction avec un emploi public, privé et / ou avoir des intérêts dans le secteur des médias. Le président actuel est Michel Boyon. Les membres du CSA bénéficient d’un salaire de 8000 euro par mois versé pendant sept ans car ils ne peuvent travailler dans les médias qu’au delà d’une année après leur mandat.

Suffit-il que le CSA vous dise que les temps de parole avant les élections européennes ont été équitables pour que vous y croyez ?

Des précautions oratoires.

juin 17, 2009

112. Par précautions oratoires, nous entendons d’après Rollin, certains ménagements que l’orateur doit prendre pour ne point blesser l’auditoire et pour dire des choses qui, sans cela, paraîtraient dures et choquantes.

113. Les plus grands orateurs ont eu souvent recours aux précautions oratoires, et ils ont porté jusqu’au scrupule la crainte de déplaire à leurs auditeurs. Quintilien rapporte que Périclès demandait aux dieux, avant de monter à la tribune, de ne pas laisser échapper un mot qui pût offenser le peuple. Périclès avait raison : un seul mot peut faire échouer tout un discours.

114. On peut distinguer quatre précautions principalement nécessaires à l’orateur : précaution de ménagement, de condescendance, de respect et de convenance.

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles.

***

Au début d’un discours, ou plus simplement lorsqu’on s’adresse à une personne qu’on ne connaît pas, il y a un exorde dont le but est de capter la bienveillance et l’attention de ceux à qui l’on s’adresse. Il faut employer l’une des quatre précautions, qui suivront.


3 – L’opinion publique est une foule

juin 8, 2009

La manipulation de l’opinion publique

*

Elle obéit à quelques règles simples :

* S’adresser à ses sentiments :

« Les foules ne sont pas influençables par des raisonnements, et ne comprennent que de grossières associations d’idées. Aussi est-ce à leurs sentiments et jamais à leur raison que font appel les orateurs qui savent les impressionner. Les lois de la logique rationnelle n’ont aucune action sur elles. »

* Insister, se répéter :

« La foule n’étant impressionnée que par les sentiments excessifs, l’orateur qui veut la séduire doit abuser des affirmations violentes. Exagérer, affirmer, répéter, et ne jamais tenter de rien démontrer par un raisonnement. »

* Séduire ; promettre :

« On doit d’abord et avant tout leur plaire. L’homme en foule à qui l’on plait est déjà presque convaincu, et tout disposé à considérer comme excellentes les raisons quelconques qu’on lui présentent. »

« L’électeur tient à voir flatter ses convoitises et ses vanités ; le candidat doit l’accabler d’extravagantes flagorneries, ne pas hésiter à lui faire les plus fantastiques promesses….Les réformes les plus considérables peuvent être promises sans crainte. Sur le moment ces exagérations produisent beaucoup d’effet, et pour l’avenir elles n’engagent à rien. »

* Agiter les fétiches. Les fétiches sont les mots connotés dont les éducateurs inspirent le respect dès la petite enfance ;  « La démocratie, la république, les lois, les droits de l’homme » et ainsi de suite :

« La raison et les arguments ne sauraient lutter contre certains mots et certaines formules. On les prononce avec recueillement devant les foules ; et aussitôt, les visages deviennent respectueux et les fronts s’inclinent. »

* Utiliser des Slogans. Ce sont des promesses répondant aux aspirations élémentaires de tout citoyen :

« Le candidat qui peut découvrir une formule neuve, bien dépourvue de sens précis, et par conséquent adaptable aux aspirations les plus diverses, obtient un succès infaillible….

Le vague même qui les estompe augmente leur mystérieuse puissance. »

Exemple ; «  Un monde plus juste et plus humain » «  une répartition équitable des richesse »  «  mettre l’homme au centre »  « la responsabilité citoyenne » «  la justice sociale »

La manipulation de l’opinion publique est donc extrêmement facile à mettre en œuvre… Que tout un chacun s’imagine directeur de chaîne TV.

« Les foules ont des opinions imposées, jamais raisonnées. »

Les citations sont de Gustave  Lebon ;  Psychologie des foules

Qui est-elle ?

juin 6, 2009

Elle a toujours voté à gauche, ses parents le faisaient, elle le fait. Elle s’est toujours positionné du coté du Bien, non pas comme ces infâmes capable de voter pour la bête immonde; Hé oui, elle n’a rien à se reprocher, elle peut se regarder en face dans un miroir, Monsieur, sa conscience est propre; Jamais, de toute sa vie,  elle n’a dévié d’une ligne morale sévère.

Oui, la tolérance, la justice sociale, l’égalité pour tous, voilà les valeurs qu’elle a défendue avec acharnement, et qui, à l’automne, font la fierté et l’honneur d’une vie entièrement dévouée à son prochain !

La tante à Dany ?

L’anticommunisme d’Aristote

mai 30, 2009

Définition:

« Ainsi on peut admettre que les citoyens échangent en commun enfants, femmes et biens, comme dans la république de Platon : Socrate y dit, en effet, que doivent être communs les enfants, les femmes et les acquêts; sur ce point faut-il donc préférer l’état de choses actuel ou suivre la législation décrite dans la république ? »

Principale objection :

« La formule proposée offre encore un autre  inconvénient, car on se préoccupe très peu de ce qui est commun au très grand nombre; on se soucie surtout de ses biens propres, mais moins des biens communs, si ce n’est dans la mesure de son intérêt personnel; on les néglige davantage, entre autres raisons, parce qu’un autre, pense-t-on, en prend soin : c’est ce qui arrive dans le service domestique, où de nombreux serviteurs font quelque fois moins de besogne qu’un nombre moindre. Si chaque citoyen a mille fils, ceux-ci ne sont pas les fils de chacun, mais le premier venu est également le fils du premier venu, si bien que tous s’en désintéresseront également. »

Aristote ; Politique ; livre II.

Le cas Wolton

mai 27, 2009

Du relativisme culturel


Wolton est un de ces étatistes qui pense que l’état est tout puissant, qu’il façonne l’homme selon son bon plaisir, que les lois font les hommes, qu’ils ne sont que le produit de la culture dans laquelle ils ont grandit.

S’il déplore que le conflit des tigres Tamoul soit aussi peu médiatisé, hypocrisie, c’est que ce conflit préfigure un peu trop un futur possible de la France.

Ses amis préfèrent le passer sous silence et éviter une reconnaissance éventuelle de culpabilité pour avoir mis en place et soutenu le système actuel qui pourrait finir en bain de sang.