Posts Tagged ‘Propagande’

Les gens de droite classique (2)

mai 23, 2013

Ce qui est admis comme vrai par la majorité des gens de droite classique,(doxa), est un  mélange du monde : d’opinion publique telle qu’imposée par les journalistes, de politesse, et de culture non – transgressive.

La raison pour laquelle Madame Boutin déteste autant le Front National, c’est peut-être le passé transgressif de JMLP. Les journalistes prétendaient lui dicter sa façon de se comporter, il a transgressé pour prouver sa liberté.

Voilà ce qui déplait autant à Madame Boutin, Le Pen est un transgressif alors qu’elle sait se tenir, elle.
En soi, rien d’extraordinaire, les petites phrases de JMLP entraient dans le cadre de la liberté d’expression ordinaire, mais les les journalistes les ont amplifié démesurément pour les faire apparaître comme des dérapages inadmissibles

Dans la vidéo ci-dessous on voit des journalistes – gouvernantes de Madame Boutin, qui lui dicte sa conduite, qui exercent sur elle des pressions morales pour l’obliger à avoir la conduite convenable (subornation), et une Boutin lamentable qui ne sait comment s’en sortir, petite fille prise les doigts dans le pot de confiture.

Dans cette autre vidéo, on comprend son utilité, la direction UMP lui a concédé un créneau pour prendre des voix catholiques, qui sans elle, se porteraient sur le FN. Ce créneau lui permet d’exister médiatiquement et financièrement.

Les mêmes raisons expliquent l’attitude d’ Hervé Mariton et de Frigide Barjot, qui sont des gens de droite classique, alors qu’au contraire le printemps Français est un mouvement transgressif selon Béatrice Bourge.

En 2007, les gens de droite classique ont crû les promesses de Sarkozy. Aussitôt élu il a embauché les pires gauchistes, il a ouvert les vannes de l’immigration, il a augmenté la  dette de la France de 50%, il a mené des guerres honteuses : Cote d’Ivoire, Libye, Syrie. Il a invité Kadhafi à planter sa tente dans les jardins de l’Elysée, avant de le faire assassiner pour éliminer un témoin gênant.

Et pourtant en 2012, 27% des gens de droite classique ont voté  Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle. Alors où sont donc ces fameuses valeurs dont Madame Boutin et les gens de droite classique  se réclament pour justifier leur hostilité au FN ?

En 2007 Le Pen a fait 10% à l’élection présidentielle, en 2012 MLP a fait 18%. Environ 8% des électeurs de droite qui avait voté Sarkozy en 2007 est retourné voter FN en 2012. Les scores électoraux du FN sont stables et n’augmentent que très légèrement avec le temps. Il n’y a aucune raison que ça change sans implantation locale pérenne et avec des journalistes qui n’ont que les mots : parti d’extrême droite, extrême, extrémiste, pour qualifier les patriotes, qui de leur coté laisse dire :

Loi du cœur et foule

juillet 1, 2009

L’emblêmatique C.

Le public applaudit systématiquement les beaux sentiments et siffle systématiquement les mauvais sentiments.

Il semble que ces valeurs du Bien et du Mal soient celles de la Loi du cœur. La transgression de cette Loi fait le coupable, et le public siffle.

Le public réagit dans l’instantané aux propos qui sont tenu, il n’y a aucune réflexion, il applaudit les belles paroles sans tenir compte de la réalité ou des conséquences qui découleraient de ses prises de positions ; Il siffle ce qu’il perçoit comme de mauvaises paroles, alors que ces paroles énoncent des vérités, alors que c’est la prudence qui s’exprime.

Le public est dans l’instant présent, dans l’immédiateté de son ressenti (le ici et maintenant), il n’utilise pas sa raison pour examiner le vrai ou le faux, le juste ou le non-juste  – Il y a abolition du jugement.

« L’homme est un animal doué de raison »  a dit Pascal, mais l’homme dénoué de raison, qu’est-il ? Son niveau intellectuel est celui d’un animal d’étable.

Ce public révèle son caractère, ces hommes  réunit en foule, se sentent puissants et sûrs de l’impunité,  la masse les protège, ils se laissent aller à leurs sentiments. Les mêmes, pris un par un, ne sont pas aussi assurés et n’osent soutenir  leur sottise aussi ouvertement ; ils se surveillent afin d’éviter la désapprobation et  ne diffèrent de la laisser s’exprimer, que pour la laisser mieux paraître dans d’autres occasions.

Et vous savez quoi ?

Ce niveau Zéro de son intelligence, le public est persuadé que c’est ce que l’humanité peut produire de plus grand, de plus beau, de plus abouti. Que toute civilisation a pour but cette humanité ;  Il se glorifie de ce dont il devrait avoir honte s’il avait une once de cervelle.

Ce qui exaspère et met en colère, c’est qu’il n’est pas possible que l’animal le plus bête ne sache pas qu’il est démagogique et n’ait pas conscience, au fond de lui, des conséquences de ce qu’il propose. Ses torts sont donc volontaires, il y a une volonté de malfaire ; ce qui excite la colère selon Aristote.

On pourrait dire comme Charlotte : bla-bla : «la tolérance ! Il faut me prendre comme je suis ! Il ne faut pas me juger» ; Mais ce public vote, c’est-à-dire qu’il fait supporter ses torts volontaires, sa méchanceté, sa malveillance, à l’ensemble de la communauté. Sa sottise – encouragée par les pouvoirs publics –  se retrouve dans son vote.

Coup d’État à “Là-bas si j’y suis” « Le blog de Philippe V., éditorialiste martyr

juin 30, 2009

Politique fiction ?

Daniel Mermet passait le plus clair de son temps pendu au téléphone avec ses camarades bolivariens d'Amérique latine. Ses notes de portable nous coûtaient trop cher, je me devais d'y mettre le holà!

Des vigiles ont arrêté puis expulsé vers le Costa Rica l’animateur de “Là-bas si j’y suis”, Daniel Mermet, qui était sur le point d’organiser une consultation populaire jugée illégale par la nouvelle direction de France Inter.

http://valestderetour.wordpress.com/2009/06/29/coup-detat-a-la-bas-si-jy-suis/

L’objectivité des médias

juin 30, 2009

Source :http://www.congoblog.net/rfi-muselee-dans-l%E2%80%99est-de-la-rdc/

Le congoblog donne la version officielle sans tenir compte du coté où se trouve la vérité, ni du rapport de force médiatique : l’une des parties uniquement a le pouvoir de s’exprimer et de persuader ceux à qui elle s’adresse.

Plus largement :

Où est la contradiction, chez cet homme ou à l’intérieur des médias ?

Doit-on laisser des médias s’exprimer en toute liberté, alors qu’ils ne font que raconter la version de l’histoire qui les arrange ; Alors qu’ils servent des  intérêts minoritaires;  Alors qu’ils ne tiennent aucun compte de la vérité ou de la réalité ?

Autrement dit : pourquoi laisser sévir des outils de propagande qui mentent pour servir des maîtres et tromper ceux qui les écoutent ?

Des gens qui ne font que mentir méritent-ils le nom de journalistes ?

Si non, quel est leur légitimité à s’exprimer publiquement en s’en réclamant ?

Ou encore, transposant le cas en France, ne devrait-on pas exiger la cessation du droit d’émettre de certaines chaînes   ?

Dans la tête de Monsieur Tout-le-monde

juin 26, 2009

Ou celle de l’opinion publique.

1984

Il s’arrêta un instant en haut de l’escalier. De l’autre côté de l’allée, il y avait un petit bistrot sale dont les fenêtres paraissaient couvertes de givre, mais qui étaient simplement en réalité, enduites de poussière.

Un très vieil homme , courbé, mais actif, dont les moustaches blanches se hérissaient comme celles d’une crevette, poussa la porte tournante et entra.

Tandis que Winston le regardait, il lui vint à l’idée que le vieillard, qui devait avoir au moins quatre vingt ans, était déjà un homme mûr au moment de la révolution. Lui, et quelque autres comme lui, étaient les derniers liens existant actuellement avec le monde capitaliste disparu. Dans le parti lui-même, il ne restait pas beaucoup de gens dont les idées avaient été formées avant la Révolution. La vieille génération avait en grande partie été balayée au cours des grandes épurations qui avaient eu lieu entre mil neuf cent cinquante et mil neuf cent soixante dix. Le petit nombre de ceux qui avaient survécu  avait depuis longtemps été amené, terrifié, à une complète abdication intellectuelle. S’il y avait quelqu’un au monde capable de faire un exposé exact des conditions de vie dans la première partie du siècle, ce ne pouvait être qu’un prolétaire.

« Parlez-moi de votre vie quand vous étiez petit garçon. A quoi ressemblait-elle à cette époque ? Les choses étaient-elles meilleures qu’à présent ? [Lui demanderait-il]

[ Dans le bistrot :]

–  Vous avez dû voir de grand changement, depuis que vous étiez jeune, dit timidement Winston.

Les yeux bleus du vieillard erraient de la cible des flèches au bar et du bar à la porte, comme s’il pensait que c’était dans le bar que les changements avaient eu lieu.

– La bière était meilleure, dit-il finalement. Et moins chère ! Quand j’étais jeune, la bière blonde, nous l’appelions wallop, elle coûtait quatre sous la pinte. C’tait avait la guerre, bien sûr.

– Quelle guerre était-ce ? Demanda Winston.

– C’est tout des guerres, répondit vaguement le vieillard.

[Winston va chercher des bières afin de les lui offrir]

– Vous êtes  beaucoup plus vieux que moi, dit Winston. Vous deviez être déjà un homme fait quand je suis né. Vous pouvez vous rappeler comment était la vie avant la révolution. Les gens de mon âge ne connaissent réellement rien de ce temps-là. Nous pouvons seulement nous renseigner en lisant des livres, mais ce que disent les livres peut ne pas être vrai. Je voudrais avoir votre opinion là-dessus […] il y avait une oppression, une injustice, une pauvreté très grande…E c t [Winston expose ce qu’il sait].  Il y avait un  petit nombre de capitalistes qui buvaient du champagne, portait des hauts-de-forme.

Le visage du vieillard s’éclaira soudain.

– Haut de forme, répéta-t-il. C’est drôle qu’vous en parlez. La même chose m’est v’nu dans l’esprit, seul’ment hier, j’sais pas pourquoi. J’m’disais justement, y a du temps qu’j’ai pas vu un haut-de-forme. Tous partis, oui. La dernière fois qu’j’en portais un, c’étais à l’enterrement d’ma sœur. Et c’tait…non, j’pourrais pas vous dire la date, mais ça d’vait être y a cinquante ans. Bien sûr, on l’avait seul’ment loué pour la circonstance, vous comprenez.

– Ce n’est pas très important les hauts-de-forme dit Winston. Le point est que ces capitalistes et quelques hommes de loi et quelques prêtres qui vivaient d’eux, étaient des seigneurs de la terre. Tout était pour eux. Vous les gens ordinaires, les travailleurs vous étiez leurs esclaves…e c t [bestiaux, coucher avec vos filles…fouetter] Tous les capitalistes ne se déplaçaient qu’entourés d’une bande de laquais qui….

Le visage du vieillard s’éclaira encore.

Laquais, dit-il, ça c’est un mot qu’j’ai pas entendu’y a bien longtemps. Laquais, ça me ramène en arrière, vrai ! Ca m’revient, oh ! y a combien d’années, j’sais pas . Quelques fois j’allais à Hyde Park le dimanche e c t  […]

Winston avait l’impression de jouer aux propos interrompu. (sic)

–  Ce que je voudrai réellement savoir est ceci…dit-il. Pensez-vous que vous avez maintenant plus de liberté qu’a cette époque ? Est-ce que vous êtes davantage traité comme un être humain ?

[ réponse évasive]

– Et est-ce que c’était l’habitude, je répète seulement ce que j’ai lu dans les livres d’histoire, est-ce que c’était l’habitude que ces gens et leurs domestiques vous fassent descendre du trottoir dans le caniveau ?

– Un d’eux m’a poussé un’fois, dit le vieillard, j’m’en souviens comme si c’était hier. C’était l’soir des régates. L’était toujours bien tapageurs, les soirs d’régates, et j’rentre dans un jeun’type dans l’av’nue d’Shaftesbury. Tout à fait chic qu’i était. Chemise tuyau de poêle, par’dessus noir. Et comme y zigzaguait su’l’trottoir, J’lui ai rentré d’dans sans faire attention. L’dit : «  vous pouvez pas r’garder où vous allez non ? J’dis : «  vous l’avez acheté, l’bon sang d’trottoir ? «  L’dit : «………. e c t …..»

Un sentiment d’impuissance s’empara de Winston. La mémoire du vieil homme n’était qu’un monceau de détails, décombres de sa vie. On pourrait l’interroger toute une journée sans obtenir aucune information réelle

– Peut-être me suis-je mal exprimer, comment …[ la vie ? …en ce temps-là… ?  ]

[ Deux pages plus tard ]

« Ils se rappelaient un millier de choses sans importance : une querelle avec un collègue, la recherche d’une pompe à bicyclette perdue, l’expression d’un visage d’une sœur morte depuis longtemps, les tourbillons de la poussière par un matin de vent d’il y avait soixante dix ans, mais tous les faits importants étaient en dehors du champ de leur vision. Ils étaient comme les fourmis. Elles peuvent voir les petits objets, mais non les gros.»

1984 ; George Orwell; P 119 à 127

*******************

Voilà ce qu’il reste dans la tête des gens ordinaires : des détails, des choses sans importance, des anecdotes qui les ont touchées personnellement…. !

Ils comprennent peu dans l’instant présent, par conséquent ils ne mémorisent pas,  ils n’apprennent pas, ils se souviennent de peu.

DEMANDE D ANNULATION DES ELECTIONS EUROPEENNES 2009

juin 22, 2009

La lettre suivante est partie aujourd’hui, en recommandé avec avis de réception à l’adresse suivante :

Monsieur le président de la Section du contentieux du Conseil d’Etat

1, place du Palais-Royal – 75100 Paris 01 SP

*****************************************************

Prénom Nom                                             Lieu et date 20 Juin 2009

Adresse

Ville

Tel

Demande d’annulation des élections européennes

A Monsieur le président de la Section du contentieux du Conseil d’Etat

Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir prendre en compte ma demande d’annulation des élections Européennes du 7 Juin pour les raisons ci-dessous :

Considérant que la pluralité politique assuré par la « Décision n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986 » ; vérifiée par la mesure des temps de parole des candidats par le CSA, n’a pas été respecté par les chaînes de Télévision : TF1, France 2, France 3 ;  principales chaînes d’information au vue des sondages audimat ; Que Daniel Cohn Bendit a bénéficié de la part de toutes ces chaînes, ou de l’une d’elles particulièrement, d’un traitement de faveur consistant dans des invitations à s’exprimer sur ces chaînes au cours de l’année 2009 ; Que ces invitations furent nombreuses et répétées.

Considérant donc, que le temps de parole accordé à Daniel Cohn Bendit fut en dehors de toute proportion vis-à-vis de son poids électoral passé ; Que l’écologie ne saurait être le domaine réservé d’un parti politique unique ;  Que son temps de parole AVANT le début de la campagne électorale fut excessif ; Que ceci a été de nature à influencer l’opinion publique, Qu’en conséquence ces manœuvres ont été de nature à fausser le résultat des élections, et ont permis au parti Europe Ecologie d’obtenir 16.2 % des suffrages :

Je demande donc l’annulation des élections Européennes pour non-respect du pluralisme et des temps de parole dans les médias cités.

Etant un particulier,  je ne dispose donc pas des relevés des temps de parole 2009 des diverses tendances politiques. Le CSA, comme vous le savez, ne met pas ces relevés à disposition du grand public, mais cette  circonstance ne peut être invoquée par le conseil d’état pour refuser d’examiner cette demande d’annulation.

Néanmoins, pour justifier ma demande, je m’appuie sur l’opinion générale, il est de notoriété publique que Daniel Cohn Bendit eut porte ouverte dans les médias au cours de l’année 2009.

Cette lettre est consultable dès à présent sur Internet afin de servir le Droit.

En espérant que le conseil d’état dans sa considération du bien public et  son respect de la démocratie telle que la définit la Déclaration des Droits de l’Homme, voudra bien prendre en compte ma demande et lui donner une suite. Je le prie de croire en mes sentiments distingués.

Nom et signature

Fait en trois exemplaires, plus une photocopie.

Les textes de loi  qui n’ont été respecté :

–  Le décret n° 94-813 du 16 septembre 1994 portant approbation du cahier des missions et des charges de la société France 2 ; modifié par le décret n° 2002-750 du 2 mai 2002 »  article 2 ; 55 ; 56

–  La loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) » Articles 13 ; 16 ; 43

– La décision du conseil constitutionnel n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986

– La décision du conseil constitutionnel n° 2000 – 433DC du 27 Juillet 2000, loi modifiant la loi N° 86-107 du 30 Septembre 1986

***********************

Documents joints pour appuyer ma demande, les références des textes de lois concernant les temps de parole et leur respect :

Les passages importants sont en gras :

En page 3 : La Loi N° 86-1067

Page 4 : La décision du conseil constitutionnel n° 2000 – 433DC

En page 5 et 6 : les textes du CSA sur son site.

En page 7 : Le cahier des charge de France 2

***********************************************************

page 3

Loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard)

Version consolidée au 14 juin 2009

Article 13 En savoir plus sur cet article…

Modifié par Loi n°2004-669 du 9 juillet 2004 – art. 108 JORF 10 juillet 2004

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel assure le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel communique chaque mois aux présidents de chaque assemblée et aux responsables des différents partis politiques représentés au Parlement le relevé des temps d’intervention des personnalités politiques dans les journaux et les bulletins d’information, les magazines et les autres émissions des programmes.

Article 16 En savoir plus sur cet article…

Modifié par Loi n°2004-669 du 9 juillet 2004 – art. 32 JORF 10 juillet 2004

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel fixe les règles concernant les conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives aux campagnes électorales que les sociétés mentionnées à l’article 44 sont tenues de produire et de programmer. Les prestations fournies à ce titre font l’objet de dispositions insérées dans les cahiers des charges.

TITRE III : DU SECTEUR PUBLIC DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE

Article 43-11 En savoir plus sur cet article…

Modifié par LOI n°2009-258 du 5 mars 2009 – art. 4
Modifié par LOI n°2009-258 du 5 mars 2009 – art. 5

Elles (Les sociétés énumérées aux articles 44 et 45) assurent l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information ainsi que l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans le respect du principe d’égalité de traitement et des recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

**************************************************

 page 4

Décision du CONSEIL CONSTITUTIONNEL n° 2000 – 433DC du 27 Juillet 2000, loi modifiant la loi N° 86-107 du 30 Septembre 1986 ; Extrait :

[9. Considérant que le pluralisme des courants d’expression socioculturels est en lui-même un objectif de valeur constitutionnelle ; que le respect de ce pluralisme est une des conditions de la démocratie ; que la libre communication des pensées et des opinions, garantie par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ne serait pas effective si le public auquel s’adressent les moyens de communication audiovisuels n’était pas à même de disposer, aussi bien dans le cadre du secteur privé que dans celui du secteur public, de programmes qui garantissent l’expression de tendances de caractère différent dans le respect de l’impératif d’honnêteté de l’information ; qu’en définitive],« L’objectif à réaliser est que les auditeurs et les téléspectateurs qui sont au nombre des destinataires essentiels de la liberté proclamée par l’article 11 de la DDH soient à même d’exercer leur libre choix sans que les intérêts privés ou les pouvoirs publics puissent y substituer leur propres décisions. » [ni qu’on puisse en faire les objets d’un marché.]

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/2000/2000-433-dc/decision-n-2000-433-dc-du-27-juillet-2000.452.html

**********************************************

Page 5

Déclarations du CSA lui-même accessible sur son site :

CSA ; textes juridiques  :

http://www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=8546

Le principe de référence adopté par le CSA pour l’évaluation du respect du pluralisme politique dans les médias

Le Conseil constitutionnel (1) a d’ailleurs souligné, rappelant la valeur constitutionnelle de ce principe : “Considérant que le pluralisme des courants d’expression socioculturels est en lui-même un objectif de valeur constitutionnelle ; que le respect de ce pluralisme est une des conditions de la démocratie,

(1) Décision n° 86-217 DC du 18 septembre 1986 – Journal officiel du 19 septembre 1986

Pluralisme externe et pluralisme interne

Celle (l’expression)  du pluralisme interne veut qu’un opérateur assure au sein de ses programmes l’équilibre et la diversité des points de vue et opinions.
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est chargé par la loi de veiller au respect de ces deux formes de pluralisme.

Le Conseil (CSA) a jugé qu’une approche quantitative, mesurée notamment par les temps d’intervention, est nécessaire et permet de rendre compte de l’accès à l’antenne des personnalités politiques.

page 6

Pluralisme de l’information :

http://www.csa.fr/infos/controle/television_pluralisme_accueil.php

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a pour mission, de par la loi sur l’audiovisuel, de garantir le pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion.

Le pluralisme interne s’impose aux télévisions et veut que l’équilibre entre les points de vue et les opinions soit respecté par chaque chaîne.

En dehors des périodes électorales, durant lesquelles est mis en place un dispositif spécifique de relevé et de suivi des temps de parole et d’antenne des personnalités politiques, le Conseil vérifie, tout au long de l’année, l’application par TF1, France 2, France 3, Canal+ et M6 du principe de référence adopté en janvier 2000.

Le Conseil établit mensuellement, par un visionnage spécifique, un relevé des temps de parole des personnalités politiques sur l’ensemble des programmes (journaux, magazines d’information, autres émissions du programme où les interventions sont plus ponctuelles). Afin de lisser les effets purement conjoncturels, les temps d’intervention sont également analysés dans une perspective trimestrielle, sous forme de « trimestre glissant ».

Ces relevés sont transmis aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’aux responsables des partis représentés au Parlement.

***

Note :  Conformément à la loi du 30 septembre 1986 modifiée, le Conseil communique chaque mois aux présidents de chaque assemblée et aux responsables des différents partis politiques représentés au Parlement le relevé des temps d’intervention des personnalités politiques.

********************************************************

page 7

Décret n° 94-813 du 16 septembre 1994 portant approbation du cahier des missions et des charges de la société France 2

Modifié par le décret n° 2002-750 du 2 mai 2002

OBLIGATIONS GENERALES ET DEONTOLOGIQUES

Article 2 :

Dans le respect du principe d’égalité de traitement et des recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel, la société assure l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information ainsi que l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion. Elle veille également à ce que son offre de programme témoigne de la richesse et de la diversité des cultures constitutives de la société française.

La société s’interdit de recourir à des procédés susceptibles de nuire à la bonne information du téléspectateur.

CONTROLE DU RESPECT DES DISPOSITIONS

DU CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES

Article 55 :

La société adresse chaque année, avant le 30 avril, au Ministre chargé de la Communication et au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel un rapport sur l’exécution du présent cahier des missions et des charges.

Article 56 :

La société communique au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel toutes les informations que ce dernier juge nécessaires pour s’assurer qu’elle respecte ses obligations légales et réglementaires ainsi que celles résultant du présent cahier des missions et des charges.

A cette fin, la société conserve trois mois au moins un enregistrement des émissions qu’elle diffuse ainsi que les conducteurs de programmes correspondants.

———————————————————–

_________________________________________________

Informations complémentaires:

https://antidragon.wordpress.com/category/enquete-temps-de-parole-tv-et-elections/

https://antidragon.wordpress.com/category/les-medias-et-lopinion-publique/

Les personnes qui pensent que les médias ont un rôle politique trop important peuvent faire une copie de cette lettre et l’envoyer dans les mêmes conditions, le coût est de 5 euros.

Moyens d’entrer dans les cœurs

juin 21, 2009

Le coté manipulatoire:

« Le vrai moyen d’apprendre à connaître les passions, c’est de les étudier dans son propre cœur. Tous les hommes en portent en eux-mêmes le germe plus ou moins développé, d’où naissent à peu près dans tous, les mêmes sentiments et les mêmes affections. Les uns s’en laissent dominer, les autres y résistent : c’est la différence de l’homme vertueux à celui qui ne l’est pas.

Imposez-vous donc la loi de descendre en vous-même, quand vous voudrez peindre les passions. C’est moi que j’étudie, disait Fontenelle, quand je veux connaître les autres.

Moyens d’entrer dans les cœurs

Maintenant par quelles avenues pénétrerons-nous dans le cœur de ceux que nous voulons émouvoir ? C’est ce qui demande encore un examen très réfléchi. Il faut employer tantôt la douceur et les promesses, tantôt la crainte et les menaces. Ici faites valoir des ruses innocentes ; là déployez la force ouvertement. Présentez à l’un l’appât des récompenses ; éblouissez les yeux de l’autre par l’éclat de la gloire. Couvrez celui-ci de confusion, lancez contre lui les traits du ridicule ; faites trembler celui-là par l’aspect des dangers, de la servitude, de la mort. On a comparé très ingénieusement l’orateur qui veut gagner les cœurs au général qui fait le siège d’une ville. On peut approfondir et étendre cette comparaison par la réflexion. Elle donne une idée plus juste de l’art admirable de triompher des cœurs par le talent de la parole, et du discernement exquis qu’il suppose dans l’orateur. »

Abbé Girard ; Préceptes de rhétorique

*********************************************

« 121.  C’est par les passions que l’éloquence triomphe et qu’elle règne sur les cœurs. Celui qui sait les exciter à propos maîtrise à son gré les esprits, il les fait passer de la tristesse à la joie, de la pitié  à la colère. Aussi véhément que l’orage, aussi rapide que les torrents, aussi brûlant que la foudre, il tonne, il brille, il renverse tout par les flots de son éloquence.

123. Pour maîtriser les passions et les employer à propos, deux conditions sont nécessaires à l’orateur : il doit posséder lui-même certaines qualités personnelles, et, en second lieu, il doit connaître les ressorts qui servent à exciter ou à calmer les passions.»

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles P 61

La CSA fait-il son travail ?

juin 20, 2009

Au 01-09- Les membres du CSA :

Nom  ↓ Début
du mandat  ↓
Fin
du mandat  ↓
Nomination  ↓
Michèle Reiser 2005 2011 président de la République
Marie-Laure Denis 2005 2011 président du Sénat
Sylvie Genevoix 2005 2011 président de l’Assemblée Nationale
Michel Boyon 2007 2013 président de la République
Alain Méar 2007 2013 président du Sénat
Rachid Arhab 2007 2013 président de l’Assemblée Nationale
Françoise Laborde[6] 2009 2015 président de la République
Christine Kelly[6] 2009 2015 président du Sénat
Emmanuel Gabla[6] 2009 2015 président de l’Assemblée Nationale

Membres du CSA au 01-09

juin 20, 2009

Statut des membres

Le mandat du président et des conseillers du CSA est de six ans. Les conseillers sont soumis à un devoir de réserve et ne peuvent cumuler leur fonction avec un emploi public, privé et / ou avoir des intérêts dans le secteur des médias. Le président actuel est Michel Boyon. Les membres du CSA bénéficient d’un salaire de 8000 euro par mois versé pendant sept ans car ils ne peuvent travailler dans les médias qu’au delà d’une année après leur mandat.

Suffit-il que le CSA vous dise que les temps de parole avant les élections européennes ont été équitables pour que vous y croyez ?

Calmer les passions

juin 19, 2009

« Les principaux moyens pour calmer les passions sont le sang-froid, les passions contraires et la plaisanterie.

147. Quand l’orateur est obligé de lutter contre des passions irritées, il peut employer le langage d’une froide raison et examiner un à un les sophismes qui ont égaré l’auditoire. Un infaillible moyen d’éteindre la flamme que d’autres ont allumée, c’est de montrer autant de sang froid qu’ils ont déployé de chaleur, et de réduire au néant par un style simple et uni, les idées qu’ils ont grossis par leur véhémence et leurs hyperboles. »

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles P 70

****

Un exemple :

*

Ce n’est pas pour autant que ces policiers aient du mérite, ils ne font que suivre les directives qui leur sont données, on leur fait jouer un rôle d’idiots utiles, qui une fois allument le feu, et une autre fois sont envoyé l’éteindre.

Mœurs de l’orateur.

juin 19, 2009

« Qu’un homme ait de la piété, de la justice, de la bonne foi, de la tempérance e c t ; en un mot qu’il mène une vie conforme aux règles de la saine morale, ou au contraire qu’il soit fourbe, colère, vindicatif, injuste, de mauvaise foi e c t ; c’est ce qu’on appelle mœurs  réelles, mais qu’un homme vertueux ou vicieux paraisse tel ou tel lorsqu’il parle, c’est ce qu’on appelle mœurs oratoires. »

Préceptes de rhétorique ; Abbé Girard P 25

Les quatre précautions oratoires

juin 18, 2009

« 115. On emploie des précautions de ménagement quand on est obligé de proclamer des vérités dures et blessantes, et qu’on a des reproches à adresser à un ou plusieurs coupables. Dans ces cas difficiles, ménagez les esprits et usez de beaucoup de prudence ; montrez à tous que vous n’avez d’autre mobile que la conscience et le devoir, d’autre intention que de servir et d’éclairer ceux qui vous écoutent.

Cherchez vous-mêmes des excuses, et prenez-vous-en à la force des circonstances plutôt qu’à la malice des hommes.

116. L’orateur emploiera des précautions de condescendance quand il aura des esprits prévenus à ramener et des préjugés à combattre. S’il s’oppose directement à l’opinion de ses auditeurs, s’il veut heurter de front leurs passions et leurs préjugés, il ne produira qu’un éloignement invincible pour tout ce qu’il propose. Que sans flatter leurs mauvais penchants, il entre d’abord dans leurs sentiments, qu’il s’insinue peu à peu dans leurs cœurs, et qu’en suite il amène son auditoire aux dispositions qu’il veut lui inspirer.

117. L’orateur doit employer des précautions de respect quand il a pour adversaires des personnes qui méritent beaucoup d’égards. Un fils est-il obligé de plaider contre son père, un inférieur contre son supérieur, ils auront recours aux ménagements que fournissent les précautions oratoires. Ils s’efforceront de concilier la défense de leurs droits avec les égards que demande la personne de leur adversaire, et ils montreront qu’ils ne font qu’obéir à une impérieuse nécessité.

118. Enfin lorsque l’orateur craint de produire de trop pénibles impressions, en rappelant certains faits et certains souvenirs, il aura recours aux précautions de convenance. Par des circonstance ou d’autres tours ingénieux, il voilera ce que les choses ont de trop révoltant.

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles P 58

7 – L’opinion publique est une foule

juin 16, 2009

Définition de l’opinion

«  Si, lorsqu’on considère quelque maxime, on en connaît la vérité en elle-même, et par l’évidence qu’on y aperçoit, qui nous persuade sans autre raison, cette sorte de connaissance s’appelle intelligence ; et c’est ainsi qu’on connaît les premiers principes.

Mais si elle ne nous persuade pas par elle-même, on a besoin de quelque autre motif pour s’y rendre, et ce motif est, ou l’autorité, ou la raison. Si c’est l’autorité qui fait que l’esprit embrasse ce qui lui est proposé, c’est ce qu’on appelle foi. Si c’est la raison, alors, ou cette raison ne produit pas une entière conviction, mais laisse encore quelque doute ; et cet acquiescement de l’esprit, accompagné de doute, est ce qu’on nomme opinion.

Que si cette raison nous convainc entièrement, alors, ou elle n’est claire qu’en apparence et faute d’attention ; et la persuasion qu’elle produit est une erreur, si elle est fausse en effet, ou du moins un jugement téméraire, si, étant vraie en soi, on n’a pas néanmoins eu assez de raison de la croire véritable.

Que si cette raison n’est pas seulement apparente,  mais solide et véritable, la conviction que cette raison produit s’appelle science. »

Logique de port royal

***

En résumé, une maxime qui nous persuade

–  Par l’évidence qu’on y aperçoit  = c’est de l’intelligence

–  Par autorité  =  c’est de la foi

–  Par la raison accompagnée de doute = c’est une opinion

– Par la raison qui nous convainc  faussement = c’est une erreur

–  Si la maxime étant vraie on y croit pas = c’est une erreur

–  Par raison solide et véritable = c’est une science

Une opinion n’est donc rien de solide, c’est un avis, ce que l’on croit, ce que l’on pense sur un sujet donné sans certitude, et/ou sans avoir tous les éléments en main pour s’en faire une idée exacte.

La somme des opinions particulières forme l’opinion publique.

« Cet acquiescement de l’esprit, accompagné de doute, est ce qu’on nomme opinion. »

Des moyens de toucher ou des passions.

juin 15, 2009

« En philosophie, on entend par passions de violents mouvements de l’âme qui nous portent vers un objet ou qui nous en détournent. Aristote les définit : diverses affections de l’âme qui changent nos jugements et sont suivît de peine ou de plaisir.

En rhétorique on entend par passions les diverses émotions que l’orateur reçoit de son sujet et qu’il communique aux autre par le discours. […]

C’est par les passions que l’éloquence triomphe et qu’elle règne sur les cœurs.  Celui qui sait les exciter à propos maîtrise à son gré les esprits. […]

Toutes les passions se rapportent à deux principales qui sont l’amour et la haine ; car elles ont toutes pour objet ce qui nous plait ou déplait. Ces deux passions primitives se modifient de plusieurs manières et prennent différents noms. Ainsi l’amour s’appelle pitié, tendresse, reconnaissance, admiration, selon que l’objet aimé nous présente des malheurs qui nous touchent, des qualités qui nous gagnent, des bienfaits qui nous attirent, des avantages qui nous ravissent. La haine prend le nom de crainte, de honte, de colère, d’indignation, selon que l’objet détesté présente le danger, l’infamie, la violence ou l’outrage. […]

Trois qualités sont indispensables à l’orateur qui veut exciter les passions de son auditoire : sentir vivement ce qu’il doit dire , peindre fortement aux autres ce qu’il sent, distinguer sûrement l’usage qu’il doit faire de cette double puissance. »

Cours élémentaires de rhétorique.  M. L’abbé Verniolles.

******************

Pour en revenir à cet article :

https://antidragon.wordpress.com/2009/06/11/francois-bayrou-a-tort/

ou cette vidéo :

Il était question de savoir pourquoi l’opinion publique n’a pas tenu rigueur  de la chaleur exprimée par Philippe de Villlier, ou pourquoi les jeunes qui agressent Bruno Gollnish donnent l’impression d’avoir raison – à l’opinion publique -;  C’est que le ton qui y est employé est celui de l’indignation.

Philippe de Villlier s’indigne et il a raison parce qu’il y a outrage de la part de Daniel Cohn Bendit.

Mais les jeunes qui agressent Gollnish sont indignés alors qu’il n’y a pas eu outrage. Ils feignent l’indignation pour faire croire qu’il y a eu outrage. En rhétorique on appelle cela  : agir sur les passions.


Délit d’opinion

juin 15, 2009

Christine Angot est caractéristique de l’extrêmisme de gauche, il est interdit, selon elle, d’avoir certaines opinions, elle s’indigne comme si Zemmour avait commis un délit :

Le FN et le parlement

juin 14, 2009

WIKIPEDIA

Un effet important de la faible représentation du FN dans les instances élues est que la dotation financière allouée au FN est la moitié de ce qu’elle serait si les scrutins étaient proportionnels. En effet, l’État français verse une dotation à tous les partis politiques fixée suivant le nombre d’élus appartenant au parti, établie à 50 % sur le nombre de suffrages réalisés, et à 50 % sur le nombre de parlementaires (aucun dans le cas du FN) affiliés au parti politique en question. Le FN percevra ainsi au titre de l’année 2007 un financement public de 4 579 545,86 €, sur la seule première fraction de l’aide publique (décret n° 2007-100 du 26 janvier 2007). Cette absence de représentation parlementaire permet aussi au président de la République de ne pas tenir compte de l’opinion des électeurs du FN. Ainsi Jacques Chirac, contrairement à son successeur Nicolas Sarkozy, avait pris l’habitude de consulter uniquement les représentants des partis représentés au Parlement français (Assemblée nationale et Sénat), même lorsqu’il s’agit de l’Union européenne.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_national_(parti_fran%C3%A7ais)

Le pluralisme politique dans les médias

juin 14, 2009

Le principe de référence adopté par le CSA pour l’évaluation du respect du pluralisme politique dans les médias

Date de publication sur le site : 1 mars 2000
Assemblée plénière du 8 février 2000

Pluralisme et liberté de communication
« La communication audiovisuelle est libre« . Tel est le principe affirmé à l’article 1er de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication. Ce même article fixe un cadre et des limites à l’exercice de la liberté de communication.
Figure ainsi le respect « du caractère pluraliste de l’expression des courants de pensée et d’opinion » auquel l’instance de régulation est chargée de veiller. Ce principe est à considérer comme une garantie du plein exercice de la liberté de communiquer.
Le Conseil constitutionnel (1) l’a d’ailleurs souligné, rappelant la valeur constitutionnelle de ce principe : « Considérant que le pluralisme des courants d’expression socioculturels est en lui-même un objectif de valeur constitutionnelle ; que le respect de ce pluralisme est une des conditions de la démocratie, que la libre communication des pensées et des opinions, garantie par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ne serait pas effective si le public auquel s’adressent les moyens de communication audiovisuelle n’était pas à même de disposer, aussi bien dans le cadre du secteur public que dans celui du secteur privé, de programmes qui garantissent l’expression de tendances de caractères différents dans le respect de l’impératif d’honnêteté de l’information ; qu’en définitive l’objectif à réaliser est que des auditeurs et les téléspectateurs, qui sont au nombre de destinataires essentiels de la liberté proclamée par l’article 11 de la Déclaration de 1789, soient à même d’exercer leur libre choix sans que ni les intérêts privés ni les pouvoirs publics puissent y substituer leurs propres décisions, ni qu’on puisse en faire les objets d’un marché« .

Pluralisme externe et pluralisme interne
Le principe de pluralisme peut revêtir deux aspects.
L’expression du pluralisme externe est fondée sur la diversité des opérateurs, elle-même assurée par le CSA lors de l’attribution des fréquences et par les règles relatives à la concentration propres au secteur.
Celle du pluralisme interne veut qu’un opérateur assure au sein de ses programmes l’équilibre et la diversité des points de vue et opinions.
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est chargé par la loi de veiller au respect de ces deux formes de pluralisme. Reste que ni le législateur, ni le pouvoir réglementaire n’ont très précisément défini les contours concrets du pluralisme interne dont ils ont entendu garantir le respect, ni les moyens pour l’appréhender. Le législateur a ainsi donné une marge d’appréciation substantielle à l’organe de régulation, sous le contrôle du juge.

*Le CSA et le pluralisme interne
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel intervient sur le respect du principe de pluralisme de deux manières (2) :
– son attention est régulièrement appelée par des personnalités politiques, des associations, des téléspectateurs, sur des cas particuliers qui l’amènent à apprécier, dans une émission donnée, le respect du principe de pluralisme des points de vue qu’ils soient ou non politiques. Le traitement de ces saisines revêt une importance toute particulière dans la mission dévolue au Conseil. Il s’assure ainsi de l’exigence de rendre compte du débat public de manière complète et équitable ;

– le Conseil définit et fait connaître la manière dont il apprécie le respect du pluralisme et les méthodes de suivi dont il se dote pour y veiller.
Au sein « des courants de pensée et d’opinion« , le pluralisme politique a une place particulière : la démocratie repose sur l’exercice du suffrage universel auquel « concourent les partis et groupements politiques« , tel qu’il est inscrit dans la Constitution.
L’importance que revêt le pluralisme politique a conduit les instances de régulation successives à s’appuyer sur une référence quantitative préexistante : la règle dite des trois tiers, c’est-à-dire un tiers de temps de parole pour le gouvernement, un tiers pour la majorité parlementaire, un tiers pour l’opposition parlementaire.
Conscient du caractère rigide et réducteur de cette unique référence arithmétique, le Conseil s’est penché ces derniers mois sur la définition de nouvelles modalités d’évaluation du pluralisme, en procédant à des auditions de formations politiques et de responsables des chaînes.
Au terme de cette réflexion, le Conseil a jugé qu’une approche quantitative, mesurée notamment par les temps d’intervention, est nécessaire et permet de rendre compte de l’accès à l’antenne des personnalités politiques. Pour autant la dimension qualitative dans l’appréciation du pluralisme ne saurait être niée. Son évaluation est toutefois difficile et comporte par nature une part de subjectivité.

**

Le principe de référence
Les éditeurs doivent respecter un équilibre entre le temps d’intervention des membres du gouvernement, celui des personnalités appartenant à la majorité parlementaire et celui des personnalités de l’opposition parlementaire, et leur assurer des conditions de programmation comparables.

**

Le temps d’antenne
Pour les sujets, notamment politiques, économiques ou sociaux, contribuant à la formation de l’opinion, le Conseil relève désormais le temps d’antenne. Par temps d’antenne, il faut entendre la totalité du temps consacré au sujet : plateau, reportages, interventions. Cet indicateur permet d’appréhender le poids d’un sujet dans l’actualité, ce dont les seuls temps de parole ne peuvent rendre compte.

Les temps de parole
On entend par temps de parole, le seul temps pendant lequel une personnalité s’exprime.

http://www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=8546

Cahiers des missions et des charges des chaînes publiques

juin 14, 2009

Décret n° 94-813 du 16 septembre 1994 portant approbation des cahiers des missions et des charges des sociétés France 2 et France 3 (JO-18/09/94-p.13378)

A N N E X E  1
CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES
DE LA SOCIÉTÉ FRANCE 2

CHAPITRE PREMIER
OBLIGATIONS GENERALES ET DEONTOLOGIQUES

Article 2
Dans le respect du principe d’égalité de traitement et des recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel, la société assure l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information ainsi que l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion.
La société s’interdit de recourir à des procédés susceptibles de nuire à la bonne information du téléspectateur.

http://www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=9246

Ce sont les règles déontologiques que France télévision doit appliquer, ces règles ne sont pas respectées, la nullité des programmes en témoigne.


CSA – Pluralisme de l’information

juin 14, 2009

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a pour mission, de par la loi sur l’audiovisuel, de garantir le pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion.

Le pluralisme interne s’impose aux télévisions et veut que l’équilibre entre les points de vue et les opinions soit respecté par chaque chaîne.

En dehors des périodes électorales, durant lesquelles est mis en place un dispositif spécifique de relevé et de suivi des temps de parole et d’antenne des personnalités politiques, le Conseil vérifie, tout au long de l’année, l’application par TF1, France 2, France 3, Canal+ et M6 du principe de référence adopté en janvier 2000.

Ce principe dispose que les chaînes doivent respecter un équilibre entre le temps d’intervention des membres du gouvernement, celui des personnalités appartenant à la majorité parlementaire et celui des personnalités de l’opposition parlementaire et leur assurer des conditions de programmation comparables. En outre, elles doivent veiller à assurer un temps d’intervention équitable aux personnalités appartenant à des formations politiques non représentées au Parlement.

Sauf exception justifiée par l’actualité, le temps d’intervention des personnalités de l’opposition parlementaire ne peut être inférieur à la moitié du temps d’intervention cumulé des membres du gouvernement et des personnalités de la majorité parlementaire.

Le Conseil établit mensuellement, par un visionnage spécifique, un relevé des temps de parole des personnalités politiques sur l’ensemble des programmes (journaux, magazines d’information, autres émissions du programme où les interventions sont plus ponctuelles). Afin de lisser les effets purement conjoncturels, les temps d’intervention sont également analysés dans une perspective trimestrielle, sous forme de « trimestre glissant ».

Ces relevés sont transmis aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’aux responsables des partis représentés au Parlement.

En cas de manquement constaté au respect du principe de référence, le CSA alerte par courrier le président de la chaîne concernée, afin qu’il soit procédé au rééquilibrage nécessaire.

Le 18 juillet 2006, le Conseil a décidé d’engager une concertation avec l’ensemble des formations politiques sur la question d’une éventuelle révision des modalités d’appréciation du pluralisme sur les antennes. Un document de réflexion sur le sujet leur a été adressé afin de recueillir leurs observations écrites et de procéder à l’audition de certaines d’entre elles à la rentrée 2006.

viaCSA – Pluralisme de l’information.

Le Conseil d’Etat – Les délais

juin 14, 2009

Les délais

Le délai fixé pour un recours est en principe de deux mois à compter de la date où a été notifiée la décision que vous contestez ; ou, pour un appel, à compter de la date où le jugement du tribunal administratif vous a été notifié.

viaLe Conseil d’Etat – Les délais.

Peut-être faut-il attendre la validation des élections avant de déposer une demande d’annulation ?