Archive for the ‘Fascisme’ Category

La gauche, le fascisme, l’ordre et le désordre, et Jorion.

avril 21, 2012

Danss cette vidéo, Paul jorion se demande pour qui voter. Bien que lui-même ne vote pas, n’étant pas Français, il se doit de donner son avis aux gens qui le suivent.

Tout d’abord disons que Paul Jorion est un homme de gauche, de gauche caviar même, puisqu’il a travaillé pour les grandes banques, et de gauche quantique, puiqu’on ne comprend rien à son verbiage quant aux causes de la  crise; mais peu importe, les décalrations du grand homme n’ayant pour contenu que :  » La très haute estime de l’excellente essence en laquelle l’individu qui se dit agir, tient sa propre personne. »;

Mais en tant qu’Homme-de-gauche – Citoyen-du-monde – Berger-du-peuple, il se doit d’avertir la gauche agricole qui le suit.

Bon, dit Jorion, attention à tous ces fascistes en col blanc, bleu, vert, que sont : Hayek, Friednam, Ron Paul, les libertariens et Marine Le Pen, TOUS DES FASCISTES, il ne faut pas les suivre, leurs idées sont mauvaises.

Pourtant que veulent ces gens ? Remettre la société sur ses rails, en état de marche, en bon ordre ! Et que veut Jorion ? La même chose ! … Si si, mais lui il faut l’écouter parce qu’il est gentil, mais pas les autres parce que ce sont des méchants : des fascistes !

Car en effet, ce qui flotte dans l’air c’est que le fascisme, c’est l’ordre, la propreté, le : «Tout le monde à sa place et les choses seront bien rangées. »

Ce qui oppose la gauche d’un coté et les autres de l’autre, c’est une conception de la société, dans le sens d’une certaine désorganisation, une légère anarchie,  un désordre … mais qui leur profite. Quiconque ose remettre en question ce désordre est aussitôt  traité de  » dangereux fasciste ». Que Paul Jorion soit un milliardaire apatride anti Marine Le Pen, et qu’il cherche à interdire toute remise en question de ce coté du système, en dit long

C’est qu’en général, la gauche aime le désordre, mais un certain désordre, une obscurité de chose dans laquelle ses actions passent inaperçues, dans laquelle elle se trouve libre de vaquer à ses occupations, sans que trop de monde ne viennent à y regarder de trop près. C’est ce désordre qui lui profite  et qu’elle interdit à ceux à qui il nuit de remettre en question. C’est ce désordre qu’elle appelle liberté ou démocratie.

Aristote ; Politique ; Livre VI / 4-15 / Les différentes formes de démocratie.

« De plus, les dispositions propres à la tyrannies, de l’avis général, conviennent toutes à cette démocratie ; je veux dire, par exemple, l’insubordination des esclaves, des femmes et des enfants, et l’indifférence au genre de vie que chacun veut mener ; on aura de fait, grand intérêt à venir en aide à un régime de ce genre, car la multitude trouve plus d’agrément à vivre dans le désordre que dans une sage discipline. »

https://antidragon.wordpress.com/2010/04/24/sommes-nous-comptables-des-engagements-pris-par-la-republique-en-notre-nom/

« la multitude trouve plus d’agrément à vivre dans le désordre que dans une sage discipline. »

La gauche ce n’est pas le peuple, c’est cette foule, cette populace, cette multitude qui est : «Toujours en garde contre la vérité et ne pense qu’aux moyens de l’obsurcir» ; Une gauche dont l’intérêt est d’obscucir la vue des autres afin qu’ils ne voient pas clair dans son jeu. Une gauche qui, par intérêt, défend toujours ardemment le mensonge et l’injustice.

Publicités

Marine la rouge

avril 9, 2012

Il y a peu de temps Claude Guéant a déclaré que Marine Le Pen était socialiste et nationaliste. Marine Le Pen s’est indigné de cette déclaration ressemblant un peu trop au National Socialisme bien connu.

Claude Géant avait peut-être lu l’article de Yvan Blot : Marine la rouge, résumant le livre de Marine Le Pen. D’après ce résumé on peut à juste titre dire que Marine Le Pen, si elle croit vraiment ce qu’elle dit, est socialiste :

  En gros, le marché (qui serait une « invention » : sic page 89) est le mal absolu, et l’Etat est le bien absolu. Marx, c’est la synthèse d’Hegel et de Feuerbach : le culte de l’Etat et le rejet du christianisme.

La deuxième partie du livre : un sauveur suprême, l’Etat !

A part une timide page où elle s’affirme favorable au référendum, (page180) Marine n’adore pas tant la France que l’Etat. Pour elle, « la nation française a succédé à L’Etat. »

« L’Etat est une composante essentielle de l’âme dela France » selon elle. En fait, c’est la seule composante qui l’intéresse ! Elle admet que c’est une sorte de profession de foi religieuse étatiste qui est la sienne : « parce que je crois en l’Etat, je crois à la fonction publique » ! (sic page 191)

Qu’on en juge ! Ses derniers chapitres qui ressemblent à un programme ont comme titres : l’Etat, fer de lance du redressement, l’Etat régalien, l’Etat protecteur, l’Etat solidaire, l’Etat stratège, l’Etat influent, l’Etat solide. Pas un mot par contre, sur l’Etat démocratique. C’est l’Etat qui est l’idole, et non le peuple (elle n’a pas un mot pour la démographie de la France, quantité ou qualité, homogénéité menacée : peu importe le peuple car c’est l’Etat qui compte !). Marine n’a pas lu Nietzsche qui a écrit : « l’Etat est le plus froid des monstres froids, il ment et son mensonge est: moi, l’Etat, je suis le peuple ! » (Ainsi parlait Zarathoustra). Marine est plus proche de l’ancien socialiste Benito Mussolini qui a déclaré : « l’Etat est l’absolu devant lequel l’individu et les groupes ne sont que le relatif. Le libéralisme niait l’Etat dans l’intérêt de l’individu. Le fascisme réaffirme l’Etat comme véritable réalité de l’individu. » Certes, Marine ne peut pas se réclamer de Mussolini encore qu’il vienne indiscutablement de la gauche.

http://la-flamme.fr/2012/03/un-livre-neo-marxiste/

Les fascistes et les extrémistes au pouvoir depuis 1945

avril 9, 2012

On se demande ce que sont venu faire les Américains le 6 Juin 1944 sur les plages de Normandie. On nous dit qu’ils sont venu « nous » libérer de la barbarie nazi; On ne sait pas très bien qui est ce « nous ».

Selon la version officielle les Américains seraient venu mettre fin au génocide des juifs mené par les nazis. Mais on se demande si cette expilcation destinée à satisfaire le grand public, ne serait pas juste l’arbre qui cache la forêt, ou le rideau de fumée destiné à cacher d’autres explications. En effet pourquoi imposer par la loi cette version officielle et fouler aux pieds la Déclaration des Droits de l’Homme dont le but est justement de prévenir les peuples contre ce genre de pratiques ?

Si l’explication officielle était véridique, aurait-elle besoin d’être protégée par la loi ? N’y a-t-il pas en réalité d’autres raisons plus crédibles que la raison officielle quant à l’entrée en guerre des Etats unis ?

Toujurs est-il que des accords secrets semblent avoir été passé fin 44 ou début 45 entre les vainqueurs de cette guerre : uniquement les états unis et l’angleterre, et les vaincus : dont la France fait parti quoi qu’en dise le monde. Si on fait un résumé, la France a désarmé sous les gouvernements socialistes, alors que l’Allemagne réarmait à fond, après quoi la « France » a eut la bonne idée de déclarer la guerre à l’Allemagne, guerre qu’elle a perdu lamentablement, à la suite de quoi les Américains seraient venu libérer l’Europe du joug Allemand; Il n’existe donc aucune raison pour que De Gaulle ait été invité à la table des vainqueurs, alors qu’il n’y avait pas sa place, sauf si cette manoeuvre s’inscrivait dans un plan d’ensemble destiné à assoir le pouvoir que nous connaissons depuis 1945.

Tous ces accords étant secrets, nous devons raisonnner par les conséquents; il faut partir de ce que nous voyons ou nous connaissons pour remonter aux origines. . Nous constatons que nous vivons dans un régime fasciste, toute – puissance de l’Etat, et raciste. Mais il s’agit d’un racisme inversé, des minorités, des étrangers, de l’Etat et des élites, vers les Français. Nos élites semblent se comporter et avoir les mêmes objectifs que ceux prétés à Hitler. Toutes les conditions se mettent en place pour la réalisation d’un génocide des Français ou du moins des Aryens, génocide qui se passe en douceur pour l’instant, mais dont on peut redouter un changement lorsque le rapport de force sera en défaveur des Français, d’ici  quelques années.

Les personnes qui tiennent le pouvoir depuis 1945 ont investi l’Etat, l’éducation nationale et toute la presse. Elles conditionnent les enfants dès le plus jeune âge à l’obéissance et à la culpabilité, ce qui nous donne des bobos, des gens incapable d’avoir une pensée à eux en dehors de la doxa et des esclaves qui croient être ibres, puisqu’on le leur dit, et qui se battent pour le rester. Tous les rebelles de la gauche sont des fakes, ils ne sont que les gardiens de la domination, les chiens de garde du système, tout en étant persuadés de combattre  » les prètres ripailleurs abuseurs d’une humanité trompée ».

Le système est fasciste puique le mensonge de l’Etat c’est  » moi je suis le peuple », et les gauchistes abondent dans cet imposture, l’Etat les nourrissant pour la plupart, il est de leur intérêt de le faire croire. Mais ce qui permet surtout au système de se maintenir c’est l’imposture des journalistes qui excluent les hommes politiques du débat pour parler à leur place. Est-il normal que des journalistes débattent entre eux toute l’année des sujets qui préoccupent les Français, en dehors de la présence des représentants du peuple. Ces journalistes ne sont pas élus et pourtant ils décident sur les plateaux TV de la politique de la France. Une fois qu’ils ont persuadés les auditeurs, le travail est fait, nos politiques n’ont plus qu’à valider les décisions des journalistes. Les journalistes gouvernent le pays.

Ainsi par leur contrôle sur l’information les journalistes maintiennent les Français dans l’ignorance en ne les informant pas de ce qui les concernent et en les désinformant des vérités qu’ils connaissent; Il est indispenable au système de produire la maximum de confusion afin que personne n’y comprennent rien, parce que c’est la condition pour avoir des mabouls, des poly-tocards, des Boutelja, des Wolton, des Fourest, à leur service.

On comprend aussi que lorsque les Français finissent par comprendre ce système et rejettent ce qu’il les forcé à ingurgiter, lorqu’ils se réunissent pour mettre fin à la spoliation et aux injustices qu’ils subissent, le système se mobilise et crie à travers les bouches des journalistes que le danger extrémiste est de retour et menace leur système pseudo – démocrate

 » He soon learned the fundamental rule of bureaucratic infighting : information is power; And his pentagon corollary : , control what the civilians know, and you control what they do. The civilians masters comes to suspect Powell of not only controlling information, but withholding and even distorting it. »

La personnalité fasciste

novembre 24, 2011

________________ Fasciste ou gauchiste ?

JPEG - 10.4 ko

A la fin de la deuxième guerre mondiale, le philosophe Adorno atterré par les calamités de la guerre, cherche à comprendre. Il entreprend une étude comportementale pour cerner la psychologie des personnes ayant mis en place ou suivi le régime fasciste. Cette étude met en avant l’existence dans la société d’un certain type de caractère : « La personnalité autoritaire » , qu’il faut entendre comme un culte de l’obéissance pour l’obéissance, un attrait pour les processus de pouvoir, une fascination pour ce qui produit le respect et la déférence dans l’ordre social et dont la manifestation extérieure est une obéissance consentie, ainsi que le désir de soumettre autrui à cette même servitude volontaire. Le PDF pathologie de l’autorité qui n’autorise pas les citations, parle de :

« attachement passionné au fait de la subordination autoritaire en lui-même, attachement qui conduit à une sorte de désir universel de répression sous toutes ses formes. »

Le caractère autoritaire aurait une :

 « fascination pour les pouvoirs forts … un attrait pour l’autorité factuelle et l’obéissance pure. »

Les personnes décrites par Adorno sont des « caractères » formés par une éducation sévère correspondant (sic) dans la classification de Freud au caractère anal, qui touche à la rétention : goût de l’ordre, de la discipline, méticulosité, jalousie, malveillance, avarice, opiniâtreté, mais aussi conservatisme politique, immobilisme :

 « Adorno propose que ce syndrome proviendrait d’une histoire familiale particulière avec une éducation stricte, morale, punitive et plus utilitariste.
Ce qui induirait chez le sujet à la fois une idéalisation de l’autorité sous toutes ces formes, mais aussi une révolte inconsciente contre cette autorité. La révolte étant impossible, elle va être détournée vers les groupes minoritaires ou faibles. » Article psychologie sociale.

Cet autre article apporte quelques précisions supplémentaires :

« Selon Adorno c’est parce que l’individu en question n’a pas été en mesure d’exprimer son hostilité envers ses parents (pour être durs et critiques), qu’il aurait alors déplacé cette hostilité vers des cibles plus sûrs, à savoir plus faibles, comme les minorités ethniques. »

De l’étude d’Adorno qui n’a jamais été traduite en français, il ressort que les personnes potentiellement fascistes présenteraient un « syndrome général d’autoritarisme ». Ce syndrome se révélerait à travers une « soumission ou une valorisation de l’autorité, mais ces caractéristiques ne sont pas uniques, les préjugés, les contradictions de l’individu, la tendance à la superstition, une réceptivité particulière à la propagande, la projection systématique, le besoin de boucs émissaires, le fait de prêter des motifs bas ou sexuels à ses adversaires, et enfin le rejet du libéralisme et le conservatisme en sont des marqueurs. De plus les personnalités autoritaires tendent à être :

 « – Agressives vis-à-vis des personnes de statut inférieur mais serviables vis-à-vis de celles de statut élevé
– Très rigides dans leurs opinions et croyances
– Traditionalistes, elles ont le respect des valeurs convenues.
Selon Adorno les personnalités autoritaires divisent la société en deux groupes bien distincts : « Nous » et « Les autres », elles considèrent que les personnes qui appartiennent à leur propre groupe sont supérieures à celles qui n’en font pas partie. »

Le site simply- psychologie insiste sur :

 « – L’ethnocentrisme, c’est à dire la tendance à magnifier son propre groupe ethnique :
– L’obsession du rang et du statut social.
– Le respect et la déférence aux figures d’autorité
– La préoccupation vis-à-vis de questions de force et d’endurance. »

Voici qui résume assez bien l’ensemble :

« La personnalité autoritaire ne veut pas donner des ordres, elle veut en recevoir. Les personnalités de ce type sont en recherche de conformisme, de sécurité et de stabilité. Elles deviennent anxieuses et insécures lorsque des circonstances ou des événements remettent en question leur conception du monde. Elles sont extrêmement intolérantes à l’égard de toute divergence par rapport à ce qu’elles considèrent comme étant la normalité. Elles tendent à être superstitieuses et accordent créances aux histoires de veilles femmes (folktales), ou aux interprétations erronées de l’histoire qui les confortent dans leurs propres préjugés. Elles ne pensent qu’en termes de catégories stéréotypées à propos des minorités, des femmes, des homosexuels ect. Elles sont très dualistes, leur monde est conçu en termes de justesse absolue ( leur façon d’être) contre fausseté absolue (Ceux qui s’opposent à eux.) »

Portrait de personnes potentiellement fascistes :

JPEG - 627.8 ko