Archive for the ‘élections’ Category

Analyse de l’élection Européenne 2009

août 13, 2009

Un FN à 6.5%

Malgré une présence Internet importante, un travail de terrain et d’affichage important, des déplacement en province, une politique Sarkoziste de gauche avec des gauchistes, la trahison de ses promesses par Nicolas Sarkozy, des rumeurs de «  trahison, mensonge et parjure », à L’UMP ; le principal opposant du système : le FN, n’a obtenu que 6.5 % des voix.

Il faut bien comprendre que le centre du pouvoir ne se trouve pas dans les hommes politiques, les institutions ou le peuple, mais dans l’écran que Monsieur et Madame Tout-le-monde regardent chaque soir ; Et ils ne sont pas très finaux, ils prennent les dires et les promesses pour argent comptant :

« Les peuples ont toujours pris les paroles pour les actes ». Protocoles de Sion

Encore et toujours les médias dominants que sont les TV, si vous n’y êtes pas présents ; si présents, vous y êtes accueilli avec hostilité ; si absents vous y êtes calomniés; Vos espoirs de résultats électoraux sont nuls ou à moins de 10 %, malgré tous les efforts que vous pourriez déployer. Si le FN a atteint les scores de 17 % lors de l’élection présidentielle 2002, c’est que, de longue date JMLP a été invité sur les plateaux TV et a pu acquérir cette  notoriété si nécessaire dont parle Lebon. Aucun des autres partis qui se sont créés par la suite, n’a eu de résultats électoraux notables, car aucun de ses leaders n’a eu d’accès aux médias nationaux.

Les points positifs de cette élection, une abstention à 60 %, dont 55 % d’abstention de protestation. Pour beaucoup c’est : « dans le doute, abstiens-toi ». Un électorat PS constitué à 43% de retraités. Une partie de l’électorat qui vote pour le « parti du Bien » :  un parti inattaquable qui lui sert de refuge et lui permet de se donner bonne conscience, tout en remplissant son « devoir citoyen » ; cet électorat Bobo votait autrefois PS, jusqu’en 2007 où il a migré au MoDem, a de nouveau migré en 2009 pour le parti Europe Ecologie. Il est probable qu’il n’y reste pas; Cohn Bendit ne devrait pas avoir une bonne image, et cet électorat conformiste et peureux n’y trouvera pas son refuge habituel.

Prédictions : les prochaines élections devraient être toujours aussi incertaines, peut-être un redressement pour le MoDem, les autres partis s’émiettant, l’abstention se maintenant et le FN stagnant à moins de 10 %.

L’infiltration de l’état Français

août 2, 2009

Par l’extrême gauche et/ou la franc maçonnerie ?

On a ici un exemple typique de procès de Moscou, «lorsqu’on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage.» Une cabale monté pour éliminer une personnalité politique et faire place nette pour un candidat à la mairie de Lyon.  Des journalistes, un ministre, des magistrats, des leaders politiques, des universitaires, de nombreuses associations,  sont impliqués. C’est toute la société civile.

La Justice n’a été rendue que sous la crainte d’une condamnation de la France, par la cour européenne des droits de l’homme. pour atteinte au droit à la liberté d’expression,

***

Par Wallerand de SAINT JUST, avocat à la Cour – 9 juillet 2009

1) La décision de la Cour de cassation rendue le 23 juin 2009 lavant Bruno Gollnisch de toutes les accusations d’avoir commis le délit de contestation de crimes contre l’humanité lors de sa conférence de presse d’octobre 2004, constitue un désaveu particulièrement cinglant infligé à tous ses détracteurs, et spécialement à l’arrêt de la 7e chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Lyon en date du 28 février 2008, rendu par les juges Brejoux, Gramaize et Bordenave.

2) Il faut se souvenir que, depuis le début de la procédure, Bruno Gollnisch affirme que les propos qu’il a tenus pendant cette conférence de presse ont été tout à fait inexactement rapportés d’abord par certains journalistes, ensuite dans la citation du procureur de la république de Lyon, Xavier Richaud, quand, après avoir, selon Libération et RTL, conclu de l’enquête de la police criminelle, à l’innocence de Gollnisch, il l’a cependant poursuivi sur ordre formel du ministre et ex-candidat à la mairie de Lyon Dominique Perben.

En dépit d’une instruction menée par le vice-président Chauveau qui avait conclu de façon catégorique à l’innocence de Gollnisch, le Tribunal correctionnel de Lyon, présidé par le juge Schir, et la Cour d’appel, présidée par le juge Bréjoux, ont, laborieusement, tenté de contourner cet argument pourtant imparable et qui tire sa force du principe selon lequel toute personne ne peut se défendre que si elle sait très précisément de quoi elle est accusée, ce qui n’était manifestement pas le cas ici !

3) Dans ces conditions, devant la Cour de cassation, Bruno Gollnisch a dénoncé le fait que ses propos, tels que relevés par le procureur Richaud dans sa citation, étaient a) constitués, en réalité, de bribes de réponses à une série de plusieurs questions posées successivement par des journalistes présents, b) rapportés sans indication du contenu des questions, c) mis bout à bout dans le désordre d) selon plusieurs versions différentes et e) présentés enfin inexactement comme une déclaration se concluant par une réponse à une unique question !

Il a, en outre, dénoncé le fait que, pour les déclarer constitutives du délit de contestation de crimes contre l’humanité, la Cour d’appel a, de la compilation que constituait la citation du procureur Richaud, extrait certaines de ces bribes disparates de réponses en les regroupant indument par thèmes (les chambres à gaz, le procès de Nuremberg, le nombre de victimes) et a refusé de reconstituer le dialogue provoqué sur ces sujets par les journalistes, reconstitution pourtant indispensable pour saisir le sens et la portée exacte des propos en question.

4) La Cour de cassation, dans sa décision du 23 juin 2009, adopte expressément ces critiques : elle juge ainsi que « les propos [de Bruno Gollnisch] retenus dans la citation … renferment des énonciations contradictoires ».

5) Cette décision, sur ce point, est de nature à mettre en cause la responsabilité de X. Richaud, procureur de la république de Lyon, rédacteur de la citation, et des juges Schir et Bréjoux en ce qu’ils ont refusé catégoriquement d’entendre les protestations de Bruno Gollnisch à l’égard de la relation qui était ainsi faite de ses propos.

6) Elle met aussi en cause la responsabilité professionnelle et morale de ceux des journalistes qui, ayant assisté à la conférence de presse de Bruno Gollnisch et provoqué ses réponses par leurs questions répétitives, ont tronqué ou relaté mensongèrement ses propos, et sont venus fournir des faux témoignages, d’abord dans leurs agences ou journaux, puis à la police criminelle et enfin au tribunal correctionnel. Cas notamment de MM. Crouzet, Fromentin , Forcari , de Mmes Catherine Lagrange et Sophie Landrin. Tous qualifiés significativement de « chiens de garde de la démocratie » (sic) par le juge Schir. Est-ce bien le rôle de journalistes que d’être des « chiens de garde » et pour quel type de démocratie ? Les « démocraties populaires » chères à M. Gayssot, le député communiste initiateur de la législation ayant permis les poursuites contre Gollnisch ?

Il est ainsi particulièrement ignoble d’avoir à ce point, depuis le début de cette affaire, mutilé, falsifié, illustré par des titres mensongers, les propos de Bruno Gollnisch et d’avoir, par ces falsifications, permis sa condamnation.

La quasi-totalité des médias français ont rendu compte de ces propos de façon tronquée, en les sortant, en outre, de leur contexte, technique bien connue. A l’aide de ces manipulations, l’indignation de ces médias devant ces prétendus propos a été artificiellement étalée : ce sont des centaines de gros titres, d’articles, d’heures d’émissions de radio et de télévision qui ont été consacrés à traîner Bruno Gollnisch dans la boue.

Il existe des dispositions légales relatives à la protection de la présomption d’innocence : elles ont été foulées au pied au préjudice de Bruno Gollnisch. Il a tenté de réagir contre ces multiples tentacules de la pieuvre qui voulait l’étouffer, notamment par l’exercice du droit de réponse consacré par une législation séculaire . Mais, devant la mauvaise foi et le refus opposé par la plupart des media concernés, l’exercice de ce droit relève d’un véritable parcours du combattant, requiert des mois, voire des années de procédures aléatoires, de sorte qu’en vérité il est presque impossible en France, aujourd’hui, de résister à une campagne de presse orchestrée comme celle-là…

Ainsi, les poursuites pénales à l’encontre de Bruno Gollnisch n’ont-elles pu valablement prospérer que parce qu’un certain nombre de journalistes lyonnais (pas tous heureusement !) ont parfaitement joué leur rôle de collaborateurs de police. En vérité, il faut rappeler que le principal responsable de l’affaire d’Outreau, c’est la presse et son pouvoir totalitaire dont l’exercice donne parfois envie de vomir.

7) Toutefois la Cour de cassation n’en reste pas là !

Elle juge formellement que, même rapportés de façon mensongère, les prétendus propos de Bruno Gollnisch ne peuvent constituer en aucun cas le délit de contestation de crimes contre l’humanité : « Les propos retenus dans la citation … ne permettent pas de caractériser à la charge du prévenu le délit de contestation d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tel que défini par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale » (arrêt, page 13).

Pour la Cour de cassation, et les onze magistrats composant ici la Chambre criminelle (Messieurs Pelletier, Joly, Beauvais, Guérin, Straehli, Finidori, Monfort et Mesdames Degorce, Anzani, Palisse et Guirimand), la Cour d’appel de Lyon présidée par le juge Bréjoux a « méconnu le sens et la portée des textes [légaux] ».

8) Ce faisant, la Cour suprême décide clairement et en premier lieu que les propos imputés par la citation du procureur Richaud à Bruno Gollnisch (« l’existence des chambres à gaz, c’est aux historiens d’en discuter…moi je ne nie pas les chambres à gaz homicides mais la discussion doit rester libre….je pense que sur le drame concentrationnaire, la discussion doit rester libre »), à supposer même qu’ils aient été tenus sous cette forme, ne peuvent constituer en aucun cas le délit de contestation d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité.

La Cour de cassation accueille ainsi expressément l’argumentation présentée devant elle sur ce point par Bruno Gollnisch : « Une telle proposition ne constitue nullement le délit de contestation de crimes contre l’humanité. (…) La Cour d’appel ne pouvait légalement retenir l’intention supposée de Bruno Gollnisch pour donner aux propos incriminés un sens caché prévalant sur leur sens clair et évident… ».

9) En deuxième lieu, la Cour de cassation, en ce qui concerne les propos suivants : « il n’existe plus aucun historien sérieux qui adhère intégralement aux conclusions du procès de Nuremberg », juge que, lorsque Bruno Gollnisch tient ce propos et cite comme exemple le massacre de Katyn mis sur le compte des Allemands alors qu’il avait été perpétré par les Soviétiques, il n’existe aucun délit de contestation de crimes contre l’humanité.

La Cour de cassation choisit la démonstration de Bruno Gollnisch qui a fait valoir que la Cour d’appel de Lyon ne pouvait « donner à ces propos une portée dépassant leur sens clair et précis en se référant à d’autres propos tenus dans d’autres circonstances qui révéleraient, selon les juges d’appel, la véritable intention du prévenu lorsqu’il a prononcé ces paroles ».

10) En troisième lieu, la Cour décide encore que les propos attribués à Bruno Gollnisch, sur le nombre de victimes, contrairement à ce qui avait été faussement prétendu, (y compris par M. Hollande sur les ondes de France 2), ne constituent pas plus le délit de contestation d’un ou de plusieurs crimes contre l’humanité.

Ce faisant, la Cour de cassation adopte, à nouveau, intégralement, l’argumentation de Bruno Gollnisch qui a montré que la Cour d’appel de Lyon s’était prononcée sur des propos non relevés par la citation et, qu’en tout état de cause, de tels dires, (à supposer qu’ils aient été proférés), tenus spontanément dans le cours d’une réponse improvisée, ne pouvaient être assimilés à une « minoration outrancière du nombre des victimes du nazisme ».

11) La Cour de cassation française s’est, en conséquence, prononcé sur le fond de ce dossier. Surtout, elle a, de façon éclatante, décidé qu’il n’y avait pas lieu à renvoi devant une nouvelle cour d’appel « pour qu’il soit à nouveau fait droit » !

Par cette décision exceptionnelle, la Cour de cassation signifie qu’en réalité Bruno Gollnisch n’aurait jamais dû être poursuivi pour quelque propos que ce soit : que ce soit pour les propos réellement tenus ou que ce soit pour ceux qu’ont manipulé les journalistes, la police, le procureur de la république, le juge Schir ou le juge Bréjoux. Elle stigmatise, dans ces conditions, la méthode inacceptable de l’accusation et des juges d’appel refusant d’annuler la citation et allant alors chercher ailleurs les éléments pour condamner Bruno Gollnisch. Elle a craint, à juste titre, une énième condamnation de la France par la Cour Européenne des droits de l’homme pour violation du droit constitutionnel à la liberté d’expression.

Habituellement, les cassations sans renvoi sont prononcées lorsque, par exemple, la haute juridiction constate que sa décision de cassation emporte la prescription de l’action. Mais il est très rare que la Cour de cassation estime ainsi que son arrêt est de nature à mettre fin, sur le fond, à toute discussion possible. Cette procédure est apparue pour la première fois à l’occasion de l’affaire Dreyfus.

La victoire de Bruno Gollnisch est une victoire par KO au troisième round. Ses adversaires (les journalistes, les magistrats, le ministre de la justice Perben, MM. Queyranne, Touraine, Morvan, Duhamel, etc…etc…) l’ont contraint, lors des deux premiers rounds, à mettre un genou en terre, mais au troisième, par un uppercut cinglant, il les aligne tous et les laisse pour morts et définitivement dégoûtés, on l’espère, d’y revenir.

12) Il faut encore pointer du doigt l’attitude scandaleuse des associations stipendiées, subventionnées par l’argent public, qui n’ont eu de cesse de se présenter comme des procureurs-bis et de salir Bruno Gollnisch, en cela particulièrement appuyées par les médias.

Honte à SOS Racisme « Comité du Rhône », à SOS Racisme « national », à la Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance FNDIR, à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, à l’Union Nationale des Associations de Déportés et Internés et Familles de Disparus UNADIF, à l’Union Nationale des Déportés et Internés Victimes de Guerre UNDIVG, à la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes FNDIRP, à la Fédération Départementale du Rhône du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples, à l’association nationale du Mouvement pour le Racisme et pour l’Amitié des Peuples (MRAP). Mieux inspirés (pour une fois !), la LICRA, l’Union des Etudiants Juifs de France UEJF, l’Amicale des Déportés d’Auschwitz Birkenau et des camps de Haute Silésie et des Militants du Souvenir, s’étaient quant à eux désistés en cours d’audience de première instance…pour tenter de refaire un tour de piste à l’orée de l’audience d’appel !

D’ailleurs les associations qui, malgré le pourvoi en cassation, ont exigé le versement des très lourds dommages et intérêts qui leur avaient été accordés, vont devoir immédiatement rembourser les sommes indûment perçues. Les adhérents de ces associations peuvent se poser des questions sur la conduite de leurs dirigeants, les collectivités qui les enrichissent peuvent y réfléchir.

13) Les fomenteurs de ces manipulations devraient rougir de déshonneur, se couvrir la tête de leur robe et de cendres.

Ils ont contraint un homme politique d’opposition parfaitement respectable à disputer pendant cinq ans un combat aux règles truquées et outrageusement politisées. Ils sont, au surplus, à l’origine des inqualifiables poursuites disciplinaires contre Bruno Gollnisch à l’Université de Lyon III, dont il avait eu le « tort », à la base de toute cette affaire, de prendre la défense ! Ils sont à l’origine de la campagne menée pendant cinq ans contre Bruno Gollnisch par tous les médias français et mondiaux, à l’origine de la campagne menée contre Bruno Gollnisch au Parlement Européen, à l’origine de ses graves ennuis de santé. Ils portent une responsabilité extraordinaire, ils se sont faits les hérauts du mensonge, de la médisance, de la calomnie et de la diffamation.

Assez de cette législation « mémorielle » qui permet tous les arbitraires, assez de la « police de la pensée ».

Assez des juges et de la justice politisés et aux ordres !

Bruno Gollnisch doit maintenant obtenir pleine, complète, totale réparation. Ses persécuteurs doivent encourir les conséquences de leurs actes. Cela ne procède pas d’un désir de vengeance, c’est une élémentaire et emblématique exigence de justice.

http://www.nationspresse.info/?p=50868

Proclamation des résultats des européennes par le conseil d’état :

juin 20, 2009

http://www.conseil-etat.fr/ce/actual/pdf/Proclamation-resultats-elections-europeennes.pdf

LES CHIFFRES INTERDIT DE 20H

juin 16, 2009


Élection européenne du 7 juin 2009
selon le ministère de l’Intérieur
Inscrits………………….. 44 282 679 …….100,00 %
Abstentions ……………. 26 282 225 ………59,35 %
Votants …………………. 18 000 454 ………40,65 %
Nuls ………………………….. 781 480 ………..1,76 %
Exprimés ……………….. 17 218 974 ………38,88 %


Extrême Gauche ……….. 1 050 170 ………..2,37 %
PCF + PG ………………… 1 041 755 ………..2,35 %
PS …………………………. 2 837 674 ………..6,40 %
Divers Gauche ………………. 81 045 ………..0,18 %
Ver ts ……………………… 2 802 950 ………..6,32 %
Régionalistes ……………….. 42 969 ………..0,09 %
Autres listes ……………….. 768 375 ………..1,73 %
Modem …………………… 1 455 225 ………..3,28 %
Majorité ………………….. 4 798 921 ……… 10,83 %
Divers Droite ……………. 1 160 933 ………..2,62 %
FN …………………………. 1 091 681 ………..2,46 %
Extrême Droite ……………… 87 276 ………..0,19 %

La campagne des régionales est ouverte

juin 13, 2009

Nous dit le site NPI :

http://www.nationspresse.info/?p=47571

Alors il faut être très attentif aux temps de parole et aux artistes engagés qui s’expriment dans les médias.

Sans équité médiatique, les élections seront faussées.

Le Pen s’explique sur l’actualité récente

juin 13, 2009

Sommation aux opiniâtres

juin 12, 2009

Steeve Briois adresse une “Lettre aux Héninois et Beaumontois”

Depuis des années, j’ai prévu tout ce qui allait arriver, sous les insultes de la classe politique locale :

* Le premier à dénoncer le despotisme et le mépris de Pierre Darchicourt

* Le premier à soulever la malhonnêteté et le cynisme de Gérard Dalongeville

* Le premier à combattre l’incroyable incompétence de l’équipe municipale

* Le premier à prévenir de la bombe à retardement que constitue la situation financière de la ville avec des hausses d’impôts à un niveau insupportable.

Avec le recul, tout le monde s’accorde pour dire que j’avais raison tandis que ceux qui ont fait élire l’ancien maire en accompagnant la déroute d’Hénin-Beaumont par leur silence et leur votes, osent se présenter à vous aujourd’hui : « On prend les mêmes et on recommence ».

C’est insulter votre intelligence que d’affirmer qu’ils n’avaient rien vu, rien lu, rien entendu sur l’air bien connu de « responsables mais pas coupables »

viaSteeve Briois adresse une “Lettre aux Héninois et Beaumontois”.

********

Bravo à Steeve Briois !

Maintenant il n’est pas sûr que ses administrés apprécient ce ton sommatif, il faudrait ensuite que les opiniâtres se déjugent, ce qui ne s’est jamais vu !

C’est insulter votre intelligence…..;

Pour insulter leur intelligence, encore faudrait-il qu’ils en aient une  …..!

Rendez-vous le 25 juin, que mes souhaits de réussite accompagnent Briois !

Connotation

juin 12, 2009

Sur les affiches de Steeve Briois, il n’y a pas de référence FN:

*

Le logo Flamme FN*

Ou le sigle FN

*

Portent une charge émotionnelle négative, résultat de 30 années de dénigrement.



Le FN et les médias : Conflit

juin 12, 2009

Sarkozy déplore le refus de Le Pen de le rencontrer.

*

PARIS (AFP) — Nicolas Sarkozy a regretté le refus de Jean-Marie Le Pen de le rencontrer à l’Elysée.

*

M. Le Pen …..le jugeant responsable de « manquements graves et répétés à la démocratie ».


Le chef du FN ………s’est plaint que son parti ait été négligé par les médias.


« Je me permets de vous rappeler que le Conseil (supérieur de l’audiovisuel) est une autorité indépendante », lui a répondu M. Sarkozy sur ce thème.

viaAFP: Sarkozy déplore le refus de Le Pen de le rencontrer.

******


Jean Marie Le Pen parait avoir compris le rôle des médias. Absent toute l’année des chaînes TV, ce parti ne peut pas espérer réaliser un score électoral décent, dans ces conditions.

Depuis trente ans, le FN et ses dirigeants sont en butte aux diffamations, aux insinuations mensongères, une rumeur publique a pris naissance, l’opinion publique est y sensible, le FN a été tant décrié qu’il n’est plus présentable.

Ce ne sont pas les cinq minutes qui lui sont accordés au moment des élections qui peuvent changer quoi que ce soit.

Les élections ne sont pas équilibrés, et absolument pas démocratiques, le peuple Français n’est ni représenté, ni informé  et n’a pas droit à la parole. Seuls quelques journalistes peuvent exprimer leur point de vue.

***

Le Conseil (supérieur de l’audiovisuel) est une autorité indépendante »

Indépendante de qui ou de quoi ?

Indépendante oui, mais impartial ? Non partisan ?

911NWO.INFO : Observatoire du Nouvel Ordre Mondial » Européennes 2009 : Un joli complot médiatique pour favoriser le couple Sarkozy-Cohn Bendit ?

juin 11, 2009

Un reportage relayé (par internet surtout) partout en Europe et dans le monde nous dit-on à l’occasion de la journée de l’Environnement, mais bel et bien conçu en France, financé en France (par un ami du Président de la France), et diffusé sur une grande télévision nationale en France, et dont la date de diffusion en France (et accessoirement dans le monde) fut arrêtée quelques semaines après les Présidentielles de 2005 selon son auteur, qui a conduit à faire monter de manière vertigineuse le parti vert de l’étrange Daniel Cohn Bendit : un reportage qui a connu en France une couverture médiatique extra-ordinaire, nouvel-ordre-mondialiste pourrait-on dire, avec notamment une projection géante à Paris où les Verts ont explosé le compteur, mais aussi à la TV et sur internet, avec d’innombrables articles dans les magazines et les journaux…

Et 10 à 15 millions de Français et de Françaises (c’est-à-dire de votants) avaient vu tout ou partie de cet opus écotartuffe hyper-esthétique.

Notons au passage, mais c’est sans doute comme toujours un simple hasard, que le journaliste Arthus Bertrand est très proche du parti Vert et de Daniel Cohn Bendit notamment…

Cette technique passait parallèlement par la censure systématisée du Parti écologiste indépendant, qui d’ailleurs a déposé une plainte contre le traitement il est vrai totalement déséquilibré que les médias lui ont réservé, mais qui a quand même réalisé un score honorable du fait de la vague verte.

L’objectif de ce gonflement médiatiques des Verts de Daniel Cohn Bendit était d’atomiser le PS et le Modem, et de laisser un espace le plus important possible entre le parti de Nicolas Sarkozy (UMP) et tous les poursuivants.

Objectif totalement atteint, sans surprise puisque les forces pro-NWO ont tous pouvoirs.

via911NWO.INFO : Observatoire du Nouvel Ordre Mondial » Européennes 2009 : Un joli complot médiatique pour favoriser le couple Sarkozy-Cohn Bendit ?.

Europe Ecologie versus MoDem

juin 11, 2009

Une inconnue subsiste. Il semblerait qu’il y ait un système de vase communicant entre l’électorat de François Bayrou et celui de Cohn Bendit ;  Plus de voix pour l’un signifiant obligatoirement moins de voix pour l’autre.

Comment qualifier l’électorat de François Bayrou ?  A défaut d’enquête d’opinion à notre disposition…

Un électorat ni-gauche ni-droite ? ; Un électorat  Je-ne-me-mouille-pas ? ; De bonne volonté ?

De son coté, Cohn Bendit et les écologistes sont perçus de deux façons différentes et pratiquement opposées : ce sont les « Zozos » de Jospin : des zigotos, des farfelus ; Mais il y a aussi la  perception d’un mouvement sympathique, tolérant, pro-féministe, humaniste, Vert, se souciant de l’avenir de la planète, compassionnel pour les animaux ;

D’autre part, une grande partie de l’électorat ne s’y retrouve plus dans le traitement médiatique des sujets d’actualité : immigration, nationalisme, patriotisme, tolérance ;  Elle est perdue dans les catégories du Bien et du Mal ; Mais elle est aussi perplexe devant le ton comminatoire régnant dans les médias sur ces sujets ; Elle est assaillie d’informations contradictoires ; Dans l’ensemble, elle n’ose plus prendre ouvertement position.

Dans l’incertitude dans laquelle elle se trouve, elle arrête de réfléchir, s’en remet à sa perception, à ses impressions, voire à ses sentiments.

Ici l’on est davantage dans le domaine du sensible, de l’irrationnel, des publicistes, que dans le domaine de la politique, de la raison, de l’information.

La question devient donc celle-ci : cet électorat que se partage François Bayrou et Cohn Bendit, se serait-il pas cet électorat errant, incertain, sensible à l’exposition médiatique ? Ne serait-ce pas encore cet électorat : « Qui n’a point de serres pour se tenir dans les vérités » ;  qui : « s’en remet aux médias pour se faire son opinion » ?  S’il s’agit du même électorat :

Donner porte ouverte à Conh Bendit, n’était-ce pas pomper dans l’électorat de Bayrou ?

Ici, à nouveau, l’on est réduit aux conjonctures, aux hypothèses, mais elles expliqueraient la stratégie qui a conduit ces élections. Si nous disposions de davantage d’informations, nous découvririons peut-être une stratégie à plus long terme : les élections 2012 ?

ANNULATION DES ELECTIONS

juin 11, 2009

Article pris sur un blog :

********************************************************

Epieikeia: Européennes

vendredi 22 mai 2009

Européennes

A l’approche des élections européennes du 7 juin, on assiste à un pilonnage insidieux en faveur de l’écologie. Cela va des brefs «sujets» abordés quotidiennement dans les différents journaux télévisés aux émissions dûment « labélisées » telles Ushuaia, opportunément programmées, en passant par les inévitables interventions d’un ex-leader de la jeunesse rouge repeint en politicien vieillissant mais encore vert…

La publication, jour après jour, de sondages censés refléter l’évolution de l’opinion mais en réalité présentés de manière à subtilement l’orienter n’a guère permis jusqu’ici d’éclairer les citoyens sur les enjeux du scrutin.Les arguments des opposants à la politique menée par la Commission de Bruxelles durant la précédente mandature ne font l’objet d’aucun débat sérieux.

A trois semaines d’un vote important, il est beaucoup question du Festival de Cannes, mais on attend toujours l’émission qui mettrait face à face des représentants de toutes les listes en présence en leur accordant le temps nécessaire pour exposer et défendre leurs positions en un débat ouvert, contradictoire.

On voit bien, au demeurant, tout le parti que les « grandes listes » peuvent tirer d’une opposition sciemment réduite au verbe haut, aux slogans réducteurs et à l’argumentation simpliste des partisans de l’extrême-droite alors que restent pratiquement inaudibles les voix minoritaires des « petites listes » du Modem au NPA, au Front de gauche et à Debout la République…

En resteront nous à cette caricature du débat démocratique ?Publié par JLBO à l’adresse 04:32via

Epieikeia: Européennes.

******************************************************

Ce billet est daté du 22 Mai ; il remarquait, en temps réel, les arguments déjà cités, absence de débats suffisants et équilibrés; manquement au devoir d’information des services publics, pilonnage en faveur de l’écologie.

Il semblerait donc bien qu’il y ait eu un plan médias concerté avec la complicité de France Télévision, c’est-à-dire des services  publics si cher aux socialistes.

Pour que ce plan fonctionne il fallait matraquer l’opinion, mais celle-ci ayant la mémoire très courte, il fallait le faire le plus proche possible des élections, juste avant le début d’une campagne électorale très courte elle-même. Le film HOME aura été la piqûre de rappel.

« Nous » avons donc tous les éléments en main pour demander l’annulation des élections Européennes, les preuves seront fournies par France Télévision qui en a l’obligation en tant que service public.

Les hommes politiques ont le devoir de demander l’annulation de ces élections; Ne pas le faire serait une faute, un tort volontaire et une concession dont il leur serait tenu mauvais compte.

Le MPF, le Front National, le PAS y ont intérêt en tant que parti d’opposition;  le MODEM, le PS, parce qu’ils sont les principaux lésés.

Prédictivité des sondages

juin 10, 2009

Une élection truquée ?

*

DES PARTIS ECOLOGISTES à 20% ?


Le directeur de la Sofres affirme que les sondages n’ont pas de valeur prédictive :  le fait d’attribuer un résultat de sondage supérieur ou inférieur à ce qu’il est réellement n’influence pas l’opinion, et ne tire pas les résultats électoraux dans le sens prédit par les sondages.

C’est probablement vrai et les sondages, en général, sont fiables, les supputations de F Bayrou et Marine Le Pen se trouvent donc en déshérence.

Par contre, et personne n’a noté ce point, Daniel Cohn Bendit  fut très présent dans les médias télévisés peu avant le début de la campagne électorale ; Pas un jour sans qu’il ne soit vu sur l’une ou l’autre des chaînes TV.

Malheureusement, nous ne disposons pas d’une statistique chiffrée sur son temps de présence / jour sur ces médias, et nous ne disposons pas non plus de statistiques reliant le temps de présence TV/jour avec les résultats électoraux, nous en sommes donc réduits aux conjectures.

Il est néanmoins probable que ce soit la cause du bon résultat du parti écologiste, plutôt qu’une majoration et un effet prédictif des sondages pour ce même parti.

La majoration à prendre en compte, en l’occurrence, étant plutôt celle du temps d’exposition  médiatique, et cela, non pas pendant la compagne électorale, mais quelques temps auparavant  –  comme ce fut le cas pour Cohn Bendit – et tout au long de l’année.

En admettant que l’hypothèse «  Exposition TV » soit juste, d’où vient la volonté d’invitation de Cohn Bendit, et par quelle chaîne hiérarchique cette volonté s’est-elle  trouvée relayé ?

Si en effet, nous dit-on, les présentateurs sont libres d’inviter qui bon leur semble ; comment expliquer le phénomène d’apparition soudaine de Cohn Bendit sur toutes les chaînes quasi en mêmes temps, peu de temps avant les élections européennes ?

Ne pouvait-on pas également remarquer, comme l’a fait François Bayrou, une certaine proximité du président de la république avec Cohn Bendit et supposer une stratégie électorale entre ces deux personnes, et ceci avec l’aide des médias de services publics ?

Si l’on en juge par les résultats : l’affaiblissement du MODEM (et du PS) au profit des partis écologistes, la fin désirée était celle-ci.

En conformité avec les présupposés de connivence services publics / Sarkozy, le refus des services publics d’organiser des débats publics décents en prime – time, pouvait être mis en relation avec le bon résultat de l’UMP dans les sondages, il n’était pas de son intérêt d’organiser des débats qui auraient pu changer cette donne.

On peut aussi noter depuis deux ans, une quasi absence d’agressivité des journalistes vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, en comparaison avec ce dont ils sont capables vis-à-vis d’hommes politique de droite : comparez avec Chirac, Villepin, Francis Mer, ou Hervé Gaymard.

Maintenant, si l’un des leaders politiques est insatisfait des résultats des élections européennes, il a deux motifs de réclamer l’annulation de ces élections, d’abord : le manquement des services publics à leur devoir d’information, et ensuite : une trop grande présence de Cohn Bendit dans les médias avant l’élection, faussant les résultats électoraux.

Il est probable qu’une nouvelle élection redonnerait des résultats à peu près identiques; car  elle ne déferait pas les temps de présence passés, ensuite parce que les opiniâtres ne changent pas d’avis, par définition.

Celui qui ferait cette démarche d’annulation bénéficierait d’une image favorable dans l’opinion. Celui qui porte plainte passe pour une victime, et emporte toujours la sympathie de l’opinion publique, qui se voit elle-même de cette façon – victime.

*

*

Hypothèse temps de parole/ exposition TV =>

https://antidragon.wordpress.com/2009/06/08/5-lopinion-publique-est-une-foule/


Exigeons l’annulation des Européennes

juin 10, 2009

A titre personnel avez-vous remarqué la  présence constante de Daniel Cohn Bendit dans les médias avant les élections européennes ?

Pensez-vous possible de demander l’annulation des élections européennes du 7 Juin ?

Le Conseil d’Etat annule les municipales à Corbeil-Essonnes et Aix-en-Provence

juin 10, 2009

Maryse Joissains (UMP) à Aix-en-Provence

La charmante Maryse Joissains

La charmante Maryse Joissains

Aix en Provence :

Le Conseil d’Etat a annulé la réélection de Maryse Joissains (UMP) à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). La haute juridiction a estimé que “des propos et des insinuations d’une nature et d’une gravité inadmissibles qui ont émaillé la campagne ont constitué des manœuvres ayant pu fausser les résultats du scrutin”. Il s’agit des attaques contre la tête de liste Génération Aix François-Xavier de Peretti (MoDem).

Pour information, n’ayant pas pu réunir tous les documents administratifs à temps, Honoré Beyer, tête de liste FN à la mairie d’Aix-en-Provence, n’avait pas pu officialiser sa candidature à l’élection municipale de 2008.

Source NPI :

viaLe Conseil d’Etat annule les municipales à Corbeil-Essonnes et Aix-en-Provence.

******************************************************************

Si le conseil d’état annule une élection pour des propos d’une nature inadmissible, (Quels propos ?) et dont l’intéressé elle-même doute de la réalité; Pourquoi le conseil d’état n’annulerait-il pas les élections européennes en raison de :  » manœuvres ayant pu fausser les résultats du scrutin” ? »

D’autant que s’y ajoute la diffusion du film HOME deux jours avant les élections qui a pu influencer les électeurs !

De plus, selon certaines sources, il aurait été débattu de ce film dans les classes d’école;  Vous savez :  » l’avenir de la planète  » ;  » Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? « ;  » Pour une planète propre « ;  Ceci n’était-il pas en mesure d’influencer le vote des mamans en faveur des écologistes, et fausser les résultats du scrutin ?


***

Le communiqué de Maryse Joissains :

http://www.marysejoissains.com/joissains.php?id=171&mn=1

Propagande et rapport de force

juin 9, 2009

La démocratie, pouvoir du peuple, n’a pas besoin de l’assentiment de la majorité, enfin si ! Enfin non !

Il est à craindre que la démocratie n’ait besoin que de l’assentiment des personnes sensibles aux démagogues ; ou de l’assentiment des 30 % d’imbéciles qui se trouvent dans toute foule ; ou encore de l’assentiment de cette foule réagissant comme un être unique sans intelligence.

Cet assentiment de 30 % de votants est suffisant pour imposer une dictature du peuple.

La démocratie n’a pas besoin de l’assentiment de l’élite du peuple, ni de celui des électeurs FN, ni même de celui des lecteurs de Fdesouche.

D’ailleurs, la propagande ne s’adresse pas aux gens intelligents ; la démocratie n’a pas besoin d’eux, la propagande est ciblée pour toucher les sans-intelligence : elle les convainc, ils votent, et cela est suffisant !

Encore faut-il que les démagogues disposent d’une tribune ouverte afin qu’ils puissent s’adresser au peuple, cette tribune ils l’ont depuis l’arrivée de la TV dans tous les foyers.

Les patriotes ne seront jamais la majorité contre les médias ; Ceux-ci disposeront toujours d’une armée d’idiots utiles; Le rapport de force est celui du faible au fort médiatique ; Le temps de présence TV est suffisant pour justifier le pouvoir en place ; Droit du plus fort ; La masse est constituée de suiveurs ;  Le combat politique doit AUSSI être un combat médiatique;

Elections européennes

mai 27, 2009

Désintérêt électoral ?

*

S’agit-il d’une réalité ? Ou  s’agit-il d’une posture journalistique afin de justifier leur réticence à organiser des débats politiques ?

En effet, Aristote nous dit à propos de l’exorde, qui a pour but de capter l’attention des auditeurs, que ceux-ci sont :

« Attentifs aux choses importantes, à celles qui les intéressent personnellement, à celles qui leur causent de la surprise, à celles qui leur sont agréables ; c’est pourquoi l’orateur doit imposer l’idée que son discours porte sur de tels sujets. »

Mais qu’à l’inverse :

« S’il veut rendre ses auditeurs peu attentifs, il doit dire que l’affaire est de minime importance, qu’elle n’a aucun intérêt pour eux, qu’elle est déplaisante.« 

Et  :

 » ne pas oublier que toutes les considérations de ce genre sont étrangères au discours ; car elles ne visent que l’auditeur de basse qualité, qui ne prête l’oreille qu’aux à-côtés de la cause. »

Et enfin que  :

« Dans leurs exordes, tous les orateurs cherchent ou à porter une accusation contre l’adversaire ou à détruire celle qu’ils peuvent craindre pour eux-mêmes. Ainsi font ceux dont la cause est mauvaise ou semble telle aux auditeurs ; il vaut mieux pour eux s’étendre sur n’importe quel sujet plutôt que sur la cause. »

Les journalistes dans ce cas ne se comportent-ils pas comme des  orateurs ? Ne cherchent -ils pas à  convaincre les auditeurs que l’affaire est de peu d’importance   ? Et inversant la cause et l’effet, qu’il n’est nul besoin d’organiser des débats publics ?

Les Français ne s’intéressent pas aux élections européennes ?

Les élections européennes ne sont pas intéressantes !

Circulez ! Il n’y a rien à voir ! N’en parlons plus !

Et voilà nos journalistes dispensés de faire le travail pour lequel ils sont payés : informer les Français.