L’erreur stratégique du FN

Après 25 ans de leadership, les Le Pen ont compris que sans implantation locale, le Front National ne peut réaliser de bons scores électoraux. Il a donc besoin de personnes connues comme les représentantes du FN pour leur ville, leur canton, leur département; ces personnalités doivent s’inscrire dans le temps et non pas changer à chaque élection.

Du fait de l’opprobe jetée sur ses adhérents, de leur désignation comme boucs émissaires :  » ces pelés, ces galeux par qui tout le malheur est arrivé », les gens n’osent pas se lancer en politique avec l’étiquette FN. Ils craignent d’être montré du doigt comme des racistes, des antisémites, des homophobes, des extrémistes; Il faut donc dédiaboliser le Front National et Marine Le Pen a raison de le faire, mais a-t-elle raison de le faire de cette façon ?

Si on considèrent que les accusations de racisme, de fascisme, de nazisme ou de xénophobie, sont infondées, MLP pourra-t-elle un jour prouver qu’une chose qui n’existe pas, n’existe pas ? Prouve-moi que tu n’es pas un chameau !

Plutôt que de chercher à faire plaisir à ces journalistes, le Front National, n’aurait-il pas intérêt à considérer que ces qualificatifs sont des accusations mensongères, qu’elles portent atteinte à son image et à sa considération publique, ( diffamation)  et à porter plainte contre ces journalistes ?

Si un gauchiste ou un socialiste à le droit de traiter les frontistes de tous les noms, il s’agit de liberté d’expression, un journaliste est un professionnel de la communication qui s’exprime devant des millions de téléspectateurs; il n’est pas une veille commère qui peut inventer et dire n’importe quoi, il ne doit pas mentir et porter des accusations mensongères pour servir les intérêts d’un parti ou d’une faction. Il ne doit pas, du point de vue de la justice et de la liberté d’expression, être traiter comme un citoyen ordinaire.

A l’occasion de chaque interview depuis 20 ans, le Front National aurait dû récuser les termes:  » extrémiste, extrème droite, extrème » en interdisant aux journalistes de les utiliser à son encontre et assigner en justice ceux qui persistent à le qualifier ainsi.

Voilà la bonne façon dont le Front National aurait dû dédiaboliser le FN, en considérant les journalistes comme des ennemis et en les combattant, et non pas en cherchant à leur plaire.

Publicités

2 Comments »

  1. 1
    Natroy Says:

    Sauf que :
    1) Jean-Marie Le Pen a récusé (ou du moins tenu à nuancer) à plusieurs reprises le terme « extrême droite » (au moins dès les années 1980 à la télévision) et a intenté et gagné divers procès en diffamation ;
    2) Faire des procès, surtout quand on n’est pas sûr de les gagner, coûte cher et le Front National a beaucoup moins de moyens que le système médiatico-politique.

    En fait, il est tout simplement impossible de « dédiaboliser » par l’attitude politique tout ce qui s’approche un tant soit peu du nationalisme, pour la bonne raison que le régime et ses institutions sont anti-nationaux ; seul un changement culturel et idéologique venant du bas peut altérer l’opinion publique. Ce que fait Marine Le Pen est voué à l’échec, parce qu’on lui en demandera toujours plus (ou plutôt « moins », selon le point de vue).

    • 2
      antidragon Says:

      MLP vient de récuser le terme « extrême droite », dans une interview, donc c’est possible. C’est important de le faire à la TV en direct si possible.


RSS Feed for this entry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :