L’essence du fascisme

Les gauchistes sont dotés de cette haine contre la société de consommation, le capitalisme, l’individualisme, le libéralisme, les américains, les fascistes ou les racistes, dont on ne connait pas très bien l’origine. Le problème est qu’ils ne connaissaient pas le sens de ces mots, ils ne les ont pas trouvés en naissant dans leur berceau, ils les ont entendus et les répètent sans en connaitre la signification :

« Ce vide de l’éloquence se découvrirait aussitôt, s’il fallait dire ce que ces formules signifient –  c’est pourquoi on les présuppose connues. Celui qui irait demander qu’on dise ce supposé connu, ou bien serait abreuvé d’une nouvelle prolifération de formules, ou bien se verrait opposer l’appel au cœur supposé dire à l’intérieur ce qu’elles signifient, c’est-à-dire que serait avouée l’incapacité à le dire en fait.  » Hegel

Si on demande à un gauchiste d’expliquer le sens des mots qu’il emploie il en est incapable et réagit des deux façons décrites par Hegel.
Pourtant le gauchiste ne se prive pas de faire savoir au monde entier qu’IL SAIT, lui, et qu’il est en guerre contre le Mal, le diable, le cours du monde qu’il afflube de noms différents selon les époques :  « libéralisme, individualisme, capitalisme » e c t.

« Le cours du monde triomphe donc de ce qui constitue la vertu par opposition à lui ; il triomphe d’elle […] Cependant, il ne triomphe pas de quelque chose de réel, mais de la création de différences qui n’en sont pas, il triomphe de ces discours pompeux sur le plus grand bien de l’humanité, et sur l’oppression qu’elle subit, le sacrifice pour le bien, et tous ces talents gâchés : ce genre d’essences et de fins idéales s’effondrent comme autant de paroles vides qui élèvent le cœur et laissent la raison vide ; qui édifient certes, mais pour ne rien construire ; toutes déclamations qui n’ont pour contenu précis que la très haute estime de l’excellente essence en laquelle l’individu qui se dit agir en vue de ces nobles fins et profère ces excellentes formules, tient sa propre personne – Emphase qui s’enfle la tête et l’enfle aux autres, mais aux proportions d’une inconsistante enflure. » Hegel

La vertu, celle proclamée du gauchiste au nom du bien être de l’humanité, est en guerre contre un diable qui n’est pas clairement identifié :

La Loi du coeur :

« Sérieux d’une noble fin qui cherche son plaisir dans l’exposition de sa propre et excellente essence et dans la production du bien-être de l’humanité »

Est en guerre contre :

« L’ordre universel : renversement de la loi du cœur et de son bonheur inventé par des prêtres fanatiques, des despotes ripailleurs, et des serviteurs qui se dédommagent de leur abaissement en pratiquant eux-mêmes l’abaissement et l’oppression, manigancée par eux pour l’indicible malheur d’une humanité abusée – dans cette aberration qui est la sienne, la conscience dénonce l’individualité comme ce qui dérange et est inverti. » Hegel

Le cours du monde finit toujours par triompher sur la vertu du gauchiste car elle n’est que délire, il se bat contre des chimères. Par contre sa haine contre … le libéralisme, le fascisme ou ce qu’on voudra, est bien réelle et lui a été transmise :

» il faut retenir certaines leçons de Wilhelm Reich sur ce qu’il appelle la « peste émotionnelle ». Elle se propage chez des individus  désespérément frustrés ,  qui n’ont jamais songé à leur responsabilité sociale et qui succombent  « à l’érotisme tapageur du fascisme » : « Le pestiféré , écrit le philosophe, s’insurge contre le genre de vie des autres, même s’ils ne gênent en rien ses propres habitudes car il considère leur existence comme une provocation ». Et les fascistes ne jouissent qu’en s’identifiant à l’autorité, « les yeux constamment tournés vers le haut » ». Article Nouvel Observateur

La haine du gauchiste n’est pas innée, il a entendu des gens parler avec haine du libéralisme ou de la société de consommation, et cette  » peste émotionnelle » s’est transmise de l’un à l’autre, sans autre raison.

Depuis l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui, ceux que le lobby juif appelle « fascistes », qui sont des gens dotés d’un certain caractère et notamment :  » une sensibilité particulière à la propagande », qui étaient des gens de gauche dans les années 1930 et qui aujourd’hui sont les mêmes personnes, toujours à gauche et totalement débiles,  étaient neutralisées par ce même lobby juif qui tient les médias et  empêchait la « peste émotionnelle » de prendre les juifs pour diable; Ce lobby a si bien fait son travail que la propagande a retourné ces fascistes contre eux-mêmes, contre leur propre peuple; En chargeant les blancs « de tous les péchés d’Israël »: en les accusant d’être des colonialistes, racistes, exploiteurs, avinés, ect, il leur a inculqué cette haine de soi destructrice.

Cette peste émotionnelle est la raison pour laquelle on assiste aujourd’hui à une mobilisation du lobby juif autour d’une émission dont le thème est :    « Existe-t-il un lobby juif ? »,  dans le but d’interdire ce genre d’émissions, de crainte de laisser tranquillement la peste émotionnelle antisémite reprendre et se propager.
Si les maîtres du gauchiste, qui sont les médias, l’autorisait à haïr les juifs, le gauchiste trouverait un nouveau diable, un bouc émissaire, sur lequel il se déchainerait. C’est la raison pour laquelle les journalistes ont obligation de contredire toute personne critiquant les juifs, le lobby juif, ou tenant des propos racistes. C’est aussi qu’il existe quelques raisons d’être exaspéré par ce lobby juif qui prétend dicter sa conduite à tout le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :