Le raisonnement par les conséquents.

Admettons que nous soyons plongé dans un monde obscur, dans lequel nous ne puissions apercevoir aucune vérité, dans lequel il ne serait pas possible de mettre en relation une cause avec une conséquence.
Comment allons-nous gérer cette situation ? Une solution consiste à mettre en rapport ce qui se produit avant avec ce qui se produit après ; Ou, pour dire la même chose : à établir une corrélation entre un effet et ce qui l’a précédé ; sans qu’il n’y ait nécessairement une relation quelconque entre l’antécédent et le conséquent.
L’antécédent : ce qui se produit avant.
Le conséquent : ce qui se produit après.
De cette façon, nous ne serons assujetti à aucune vérité ; nous serons  dans un système relatif, souple, se basant sur ce qui se produit le plus souvent
Dans un premier temps il faudra tout mémoriser ;  ensuite analyser les conséquents, (les ressentis) et les différencier les uns des autres, puis faire des aller-retours dans la mémoire pour trouver les antécédents correspondants; faire une statistique de telle sorte a associer un antécédent avec son conséquent.
Par contre, nous serons assujetti à une contrainte de mémoire, car il va s’agir de retrouver dans le passé les antécédents et les conséquents. Le problème c’est la quantité de mémoire disponible, il faut tout stocker pour faire pouvoir ensuite faire des recall mémory et les comparaisons nécessaires.
Lorsqu’on voudra produire tel effet, il suffira de faire un recall mémory pour rappeler l’antécédent correspondant à l’effet désiré. Si on veut produire la colère, l’indignation, on recherchera ce qui les a produit dans le passé.

Si on se place dans le cadre de la rhétorique il s’agit d’associer une action avec une passion, ou si l’on veut un procédé avec le sentiment qu’il produit ; son effet.
La rhétorique fonctionne de cette façon, elle est la science du vraisemblable ;et le vraisemblable ce qui se produit le plus souvent; ce qui paraît vrai, et non ce qui est vrai. Nous ne sommes pas dans le domaine de la vérité, mais dans le relativisme, car la rhétorique s’occupe de ce qui paraît vrai au plus grand nombre.

Cette façon de raisonner qui consiste à établir une corrélation entre ce qui est avant et ce qui est après, donne lieu à plusieurs paralogismes : erreurs involontaires de raisonnement. Par exemple ceci c’est passé avant cela, ceci  est donc la cause de cela. Le passage de la comète canicule précédant les fortes chaleurs de l’été, elle en est la cause; ou autre exemple le paralogisme de fausse induction, d’un exemple ou deux, on généralise. Mais aussi cette façon de raisonner pourrait être à l’origine de ce travers de l’esprit que l’on trouve chez les gens de gauche et consistant à ne prendre en considération que les conséquents, c’est à dire les apparences des choses; et à ne raisonner qu’à partir de ces apparences, en refusant de remonter aux causes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :