Les différentes conceptions du monde II

Toute personne sur cette terre semble tenir à une valeur autour de laquelle se construit sa conception du monde ; Elle estime ou méprise en fonction de cette valeur
Par exemple, si cette valeur est la richesse, cette personne tiendra les riches en estime et n’aura que mépris pour les pauvres. Mais les choses ne s’arrêtent pas ici, cette personne jugera de toutes choses en rapport avec cette valeur ; Tout ce qui sert à obtenir de l’argent sera tenu est estime et tout ce qui en fait perdre sera méprisé. Tout un système moral en relation avec un Bien et un Mal se construit autour de cette valeur ; à la façon dont l’explique Descartes :

« Nous estimons ou méprisons des objets que nous considérons comme des causes libres capables de faire du bien ou du mal ; de l’estime vient la vénération, du simple mépris le dédain »

De cette façon de juger découle tout un système moral

Ces valeurs peuvent être extrêmement variées, d’où une diversité d’opinions parmi les hommes. Si cette valeur est la force, on n’estimera que la force, on n’aura de respect que pour les forts;  de considération que pour ce qui produit la force, on ne considérera en toute chose que le rapport de force, et comme devise préférée en toute circonstance : «  la raison du plus fort est toujours la meilleure. »
A l’inverse, on n’aura que mépris pour la faiblesse, la mesure de toutes chose étant ; plus fort que moi : respect ; faible que moi, tu n’es rien ! Dans ce système la justice, la vérité, la raison, la vertu ne compte pour rien.

Cette valeur peut-être l’intérêt personnel, quiconque sert mon intérêt sera une personne extrêmement sympathique et estimable ; celui qui parle contre mon intérêt sera le dernier des scélérats …

Cette valeur peut être la famille ; dans ce cas on aura un fonctionnement de type clanique ; tout ce que feront les enfants sera défendu contre le reste du monde ; le fils de Bernard Tapie disait que sa famille était un clan.

Cette valeur peut être l’ambition, la célébrité, le pouvoir et pourquoi pas le vol, la tromperie, la trahison ;

Et enfin cette valeur peut être la vertu, celui qui estime en fonction de la vertu juge selon la justice et la vérité, pour celui-là la bassesse et la scélératesse se définissent de façon différente et en opposition avec ceux dont la valeur est la richesse, la force … e c t

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :