Jim Jones et suicide collectif

La secte de Guyana

Jim Jones, bien qu’il fut pasteur, était un emblème de la gauche, il se battait pour un monde meilleur, pour l’intégration des noirs dans la société américaine, contre le racisme, il a adopté des enfants noirs et jaunes, il s’est servit du pouvoir qu’il avait acquis pour abuser des femmes de sa secte, il a proposé des relations homosexuelles aux hommes qui le suivaient.

Jim Jones était dans cet instinct de mort, qui consiste à tuer le maximum de personnes avant de se donner la mort, exactement comme le fait celui qui commet un Amok. La seule différence c’est que Jones a séduit les gens et les a ensuite persuadé de commettre leur suicide collectif.

Le programme de gauche qui prêche le Bien de l’humanité est en réalité le masque qui prêche le suicide collectif de tous les Français, comme Jim Jones le faisait.

L’étrange est que le gauchiste s’en prennent aux hommes blancs, à l’occident, mais si l’on admet que son but est un Amok, alors le gauchiste se vengerait de cette façon des personnes qu’il rend responsables de son malaise, ou bien dans un délire narcissique, il s’en prendrait aux personnes auxquelles il s’identifie, en croyant ainsi se tuer lui-même, les deux hypothèses sont possibles.

Ce malaise des gens de gauche parait être une maladie du christianisme, on le retrouve à travers Hegel (1800). Leur discours, ci-dessous, n’est que la projection, dans le monde réel, de ce qui se passe dans leur tête :

Hegel, phénoménologie : «la masse est la victime de la tromperie d’une prêtrise qui s’emploie à la réalisation de son envieuse vanité, c’est-à-dire de son désir de rester seule en possession de l’intelligence, ainsi qu’à l’accomplissement de ses autres intérêts personnels, et en même temps se conjure avec le despotisme ; lequel à son tour, comme unité vide de ce règne réel et de ce règne idéal, domine la mauvaise intelligence et la mauvaise intention des prêtres, et réunit l’une et l’autre en elle-même, tire de la bêtise et de la confusion du peuple par le moyen de la prêtrise trompeuse, tout en méprisant l’un et l’autre, l’avantage de la domination tranquille et de l’accomplissement de ses envies et de son arbitraire.»

Les vidéos :

*


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :