Politique : le statu-quo

Stratégie

A la suite de la scission du FN en 1998, le Mouvement National Républicain s’est créé, ses militants ont fait tous les efforts possibles pour faire émerger électoralement le MNR : ils ont  échoués. Pour sortir de l’anonymat, il aurait fallut que ce parti dispose d’une tribune publique, alors que les médias publics et nationaux l’ont relégué aux oubliettes. A l’époque Internet était très peu développé et seules quelques personnes ont pu connaître les tenants et les aboutissants de cette affaire, qui, si elle avait été médiatisée correctement pouvait change la donne électorale.

Les partis qui se sont créés par la suite se sont contentés d’une déclaration d’existence en pensant que tout le monde se joindrait à eux : «  parce qu’ils le valaient bien » sans rien faire d’autre que de se contenter d’exister. Ils n’ont pas communiqués les raisons qui les ont poussé à créer un nouveau parti, ni sur leurs différences avec le FN, ou leurs conflits. Rien sur leur stratégie, rien sur l’organisation à mettre en œuvre, rien sur l’implantation locale, rien sur leurs objectifs, rien sur les médias et leur influence, pas d’analyse des rapports de force, rien sur l’électorat visé, rien sur la réal politik : l’état de la société actuelle (sauf Soral), peu ou pas d’interview même par Internet, en résumé : on attend, on attend que les gens nous rejoignent parce que nous le valons bien.

Lorsque ces partis organisent des réunions, les discours sont à l’image de ceux du FN, on parle pour dire des banalités, des évidences, on dit aux gens ce qu’ils savent déjà, ce sont des discours typiques à la fin desquels, si on se pose la question de Polos à Socrate : « mais qu’as-tu dit en somme ? » La réponse est : pas grand-chose finalement ! Ces discours mobilisent peu ceux qui y assistent.

On me dira : la critique est aisée mais l’art est difficile ! C’est vrai !

Le prochain parti qui se créera devra communiquer sur ses leaders, sa stratégie électorale, médiatique, organisationnelle, son implantation terrain, le public visé, les rapports de force à mettre en œuvre. Evidemment une partie de la stratégie doit rester secrète : on ne dévoile pas ses plans à l’ennemi, mais il y a suffisamment de marge pour que les militants sachent où ils mettent les pieds, d’autant plus que beaucoup ont été refroidis par le passé.

Le principal problème à l’heure actuelle, pour un homme politique, c’est d’accéder à la tribune, aux plateaux TV pour s’y exprimer, il ne sert à rien d’avoir de bonnes idées, de savoir les exprimer, d’être convaincant, si la tribune vous est refusée. Aussi longtemps que les journalistes décident qui passe à la TV et qui n’y passe pas ; que personne ne proteste, ne critique, ni ne condamne ce fonctionnement, l’on est dans un cercle fermé dans lequel on tourne en rond sans trouver de sortie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :