Les résultats du conditionnement scolaire

Inhibition !

Dans un livre qui date de 1975, titre :  » savoir parler en toute circonstance », livre nul, voici ce que dit l’auteur :

« Chez tous ceux qui ne sont pas entraînés (à parler en public) on remarque – et parfois de façon pénible – une intense émotivité, un manque de maîtrise, la peur des autres, de la maladresse à vouloir plaire. C’est en situation d’orateur que beaucoup d’entre nous sont obligés de s’avouer victimes d’un certain nombre de blocages et d’inhibitions.

Le sentiment le plus bloquant : la peur des autres

On a vu quel pouvait être le retentissement de tels états psychiques sur le comportement physique, sur la qualité vocale, sur les attitudes corporelles. Mais on ne peut pas se contenter d’en constater les conséquence, les manifestations : il convient de remonter aux causes. Bien sûr chez ceux qui sont en proie à de graves problèmes, l’expression orale sera particulièrement difficile- à la limite du possible. Mais même chez un être humain normal, le rôle de l’affectivité sera considérable et de façon, hélas ! Négative.

Le sentiment le plus générateur de blocage, c’est incontestablement la peur des autres. Qu’on ne les connaisse pas ou qu’on les connaisse trop, la communication est difficile. Je rappelle toujours à ce propos que les causes n’en sont pas seulement individuelles : les traditions relativement guindées de la politesse française, le vouvoiement, les règles du savoir vivre, le « bon ton «  […]

Autre impression paralysante : parler en public, devant des inconnus, même un auditoire familier, prend souvent des allures d’examen. L’orateur se sent comme un candidat tremblant devant un jury. La situation de communication est ressentie comme une épreuve par celui qui parle, car il s’estime menacé. Il est alors complètement prisonnier de ses angoisses et de ses doutes. Tout son cors retenti : battements de cœur, pâleur ou rougeur, gestes parasites indéfiniment répétés, gorge serrée, mains moites, e c t. C’est ce qu’on nomme d’un mot encore un peu barbare : la somatisation.

Cette hypersensibilité a pour effet complémentaire d’embrumer les fonctions mentales : mémoire, intelligence, attention. Alors les phrases se désagrègent et tournent court, les mots n’arrivent plus, le cerveau se paralyse.

Il y a là comme un phénomène de déconnexion [..] l’homme submergé par l’émotion n’arrive plus à synchroniser la visualisation du texte à lire avec l’articulation : il prononce souvent autre chose que ce qu’il lit. […]

L’exaspération des blocages, la rupture d’équilibre de la personnalité en faveur de l’introversion, la sensation d’être en situation d’examen, et parfois même de procès, tout cela provoque un sentiment de dévalorisation qui peut être très intense : rien comme le fait de rater un exposé, de bafouiller, d’être paralyser sur une estrade, ne donne plus le sentiment d’être minable.»

****************

Lorsqu’on dit d’une personne qu’elle a un coté scolaire, c’est ce coté hésitant, emprunté, qui veut bien faire mais qui ne sait pas, qui ne sait jamais si elle doit répondre par oui ou par non, qui ne prend pas d’initiative. Alors… les personnes qui ne seront pas d’accord avec cette analyse peuvent avoir eu une expérience différente de la scolarité, qui les a épanouis, ou bien n’ont-elles pas ressenti ce coté inhibant parce que l’éducation parentale a servit de contre poison, mais la majorité y est sensible. Il faut se mettre dans la peau du français moyen, car c’est lui qui est visé, de la même façon que la propagande vise monsieur et madame tout-le-monde et non les gens intelligents.                                                                                                          Ce serait comme dire que puisque Bernard Tapie est devenu riche, tout le monde peut le devenir. (Faire d’un cas particulier une généralité).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :