1981 et sa suite.

IV – La France est une oligarchie.

Remontons le temps aux quelques années d’une courte vie ; En 1981, la gauche fait voter l’interdiction administrative de licenciement, les patrons ne pouvant plus licencier ont recours à la main d’œuvre intérimaire. Il s’ensuit une explosion des créations de maisons d’intérim, qui enchérissent le coût du travail. Ce surcoût  n’était de l’intérêt de personne, sauf de la bourgeoisie qui a su y trouver une opportunité pour créer ces agences d’intérim. Les entreprises ayant dû payer les surcoûts de main d’œuvre, ont enchéri leur prix des marchandises, et au final ce sont les ouvriers ou l’ensemble de la population qui a payé pour la bourgeoisie.

Voilà typiquement le genre de mesure économique, qui, sous couvert d’être favorable au peuple fait peser tout le poids des réformes sur la majorité en l’appauvrissant au profit des possédants. Couplé à une forte immigration, cette mesure a contribué à faire baisser les salaires, à créer un chômage de masse et à installer la précarité du travail permettant de maintenir la paix sociale.

Toujours sous Mitterrand, l’état français est passé de trois millions de fonctionnaires à six millions ; une grande partie des richesses créées à l’époque  sont passées dans le fonctionnement de l’état, qui est un outil au service de la bourgeoisie, et au dépends de la majorité qui a payé ces réformes et s’est appauvrit ; mesure typique d’une oligarchie ou d’une tyrannie. La majorité travaille pour le roi de Prusse, puisqu’à mesure qu’elle améliore ses conditions de vie par son travail, l’impôt lui reprend ce qu’elle a gagné ; Ainsi elle reste dans la même situation, les pauvres, pauvres et toujours dans le besoin : dans la main de ceux qui peuvent satisfaire ce besoin,  l’état ou les employeurs. (Code du tyran : maintenir dans la pauvreté afin qu’on ait besoin de vous, qu’on soit occupé, qu’on vous soit reconnaissant, qu’on vous mange dans la main.)

De 1981 à 1995 ; Mitterrand ayant particulièrement augmenté les pouvoirs de l’état, nous n’étions ni en démocratie, ni en république, qui sont des gouvernements de la majorité dans l’intérêt général, mais en statocratie car tout était fait dans l’intérêt des fonctionnaires ; dans l’intérêt d’une minorité et non dans l’intérêt de la majorité. Le peuple a supporté le surcoût du doublement du nombre de fonctionnaires et continue à le faire aujourd’hui, il a été le dindon de la farce Mitterrandienne,

En 2009, rien n’a changé, il est question de débloquer 200 millions d’euros pour privatiser l’aide à la recherche d’emploi. A qui iront ces 200 millions d’euros ? Aux maisons d’intérim qui seront payées deux fois pour faire le même travail, et aux opportunistes qui ont des moyens intellectuels et financiers pour créer des entreprises de management : à la petite bourgeoisie. Celle-ci replacera  probablement les gens de sa propre classe sociale car s’il y a un chômage dont le gouvernement se préoccupe c’est celui de la bourgeoisie. Celle-ci pourra créer des réseaux de relations financés par le contribuable. La majorité : la classe moyenne et les pauvres, payeront pour la minorité riche. Quant au pauvre il est abandonné à son sort, c’est du bétail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :