Archive pour août 29th, 2009

Relation homme – femme dans la Bible

août 29, 2009

I Corin. 11:5-8] Une femme doit se couvrir la tête quand elle prie, parce qu’elle est inférieure à l’homme: « un homme, lui, n’a pas à se couvrir la tête, étant l’image et la gloire de Dieu. Mais la femme est la gloire de l’homme. »

[I Corin. 14:34] « que les femmes se taisent dans les assemblées » si la femme veut s’instruire, elle doit poser des questions à son mari

[Ephé. 5:22-24] St Paul: « femmes soyez soumises à votre mari comme au Seigneur, car le mari est le chef de la femme… les femmes doivent être soumises en toutes choses à leur mari ».

la femme n’est pas l’égal de l’homme et l’homme n’est pas l’égal du christ :
(1 Corinthiens 11:3) 3 Mais je veux que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ ; et le chef de la femme, c’est l’homme ; et le chef du Christ, c’est Dieu […]

[I Timo. 2:12] St Paul: « je ne permets pas à une femme d’enseigner ni de dominer sur l’homme; qu’elle garde le silence. Car Adam a été formé le premier, puis Ève. Et Adam n’a pas été trompé, mais c’est la femme qui ayant été trompée, a été dans la transgression

Tite 2:1-5] St Paul: « que les femmes âgées enseignent aux jeunes à êtres soumises à leur propre mari, pour que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. »

Lévi. 12:1-5] Après la naissance d’un garçon, la mère est impure pendant 7 jrs. Si elle a eu une fille, elle est impure pendant 14 jours.

[Genè. 3:16] Yahweh à Ève: « ton désir se portera vers ton mari et lui te dominera. »

[Nomb. 5:11-28] Si un homme soupçonne, même à tort, sa femme d’infidélité, il a le droit de l’amener chez un prêtre qui lui fera boire de l’eau sale pour savoir si elle est coupable. Si elle tombe malade après avoir bu l’eau sale, elle sera déclarée coupable.

[Nomb. 27:5-11] Yahweh fait passer les fils avant les filles dans l’héritage. Une fille hérite seulement si le défunt n’a pas de fils.

Publicités

A voir

août 29, 2009

Les criminels étrangers montrent leur arsenal  ? A partir de 3 mn réactions des Allemands ?

SOURCE Altermédia Allemagne

Martine Aubry à La Rochelle

août 29, 2009

Déclarations d’intentions

Il va suffire à la gauche de faire de belles déclarations d’intentions et de passer régulièrement à la TV pour que l’attrape-gogo fonctionne à nouveau.

En parlant au nom des Français et en prétendant qu’ils sont de gauche, elle est dans l’imposture.

Le paranoïaque de combat

août 29, 2009

Son ennemi mortel à abattre
Son ennemi mortel à abattre

Rappelons l’histoire. Un savant fou a créer un monstre horrible et lui a donné vie. Ce monstre s’est rebellé contre son créateur et s’est échappé. Depuis, son maître s’est lancé à sa poursuite, il doit l’empêcher de nuire et se sent responsable du mal qu’il fait. Sa mission sur terre est: «catch and neutralyse him»

Caractères en Statocratie

août 29, 2009

Manque les lunettes. coté froid, impersonnel, machine.

Manque les lunettes. coté froid, impersonnel, machine.

Les Statocrates sont les personnes qui disposent d’un pouvoir dans l’Etat, ou qui ont des responsabilités par lesquelles elles détiennent une autorité sur le public. Ce sont des magistrats, des policiers, des professeurs e c t.

Les Statistes sont les personnes qui pensent que l’Etat est le Bien :   qu’il a toujours raison et doit toujours être défendu. Ils prêchent pour plus d’impôts, plus de répression, plus de fonctionnaires, ils sont pour la restriction des libertés publiques.

L’Etat étant le Bien, tout ce que fait le Statiste au nom de l’Etat est Bien. La seule valeur considérée est l’intérêt ou le service de l’Etat. Par exemple les gendarmes qui ont incendiés la case chez Francis pour allumer une guerre entre nationalistes corses, considèrent que rien ne peut, ni ne doit, leur être reproché.

Ces hommes peuvent être des hiérarques : des hommes qui appartiennent à une hiérarchie. Leur morale est alors le respect et la soumission aux supérieurs et le mépris pour les inférieurs. Cette morale peut prendre la forme d’une philosophie des dominants et des dominés, lorsqu’ils appartiennent à des corps d’état de virilité.

Ce sont des gauchistes, mais pas toujours, on peut y trouver des droitistes qui confondent leur intérêt personnel avec le Bien, ils sont du coté de l’ordre établit. Unabomber les décrit ainsi :

«  Les gauchistes, particulièrement ceux du type sursocialisé, sont de vrais Croyants. (True Believer)  En raison de leur capacité de dévotion absolue pour une cause, les vrais Croyants sont un ingrédient utile de tout mouvement révolutionnaire. »

Ce sont des êtres convaincus, plus exactement qui ont une forte « conviction intime » même si cette conviction intime est vide. Demandez-leur les raisons de leur engagement ; celles-ci leur semble si évidentes qu’ils n’ont pas besoin de se les expliquer, et sont  incapables de les verbaliser si vous le leur demandez. Ils croient, ils savent,  et c’est suffisant.

Toute morale est relative à une considération du Bien et du Mal :

«  Les inhibitions de leurs pensées proviennent de leur haut niveau de socialisation; leur goût pour le pouvoir se masque du politiquement correct dans une lutte à mort pour imposer leur morale à tout un chacun. » Unabomber

La morale en question est la morale républicaine, ils ne l’ont pas choisie, ils l’ont trouvé ainsi en arrivant, mais puisqu’elle fonctionne et assure leur pouvoir, c’est un motif suffisant pour la défendre. Ils sont dans le relativisme culturel, sauf lorsqu’il s’agit de l’Etat.

« Les hommes d’appareil, et tout spécialement ceux qui ne sont rien en dehors de l’appareil, sont prêts à tout donner à un appareil qui leur a tout donné. » Bourdieu

Ces hommes en effet ne sont rien en dehors de l’Etat, ils n’ont pas d’existence. Tout leur vient de l’Etat, ils vivent Par et Pour l’Etat. En dehors de leur métier, ils s’étiolent et dépérissent. Ils n’ont en eux-mêmes aucun principe de vie, ni moralité, ni règle, ni vertu, c’est uniquement la loi commune de l’Etat qui leur sert de garde-fou. D’où une défense acharnée du système comme si c’était leur vie, et une grande capacité d’abaissement :

« Le tableau stupéfie, par le degré de soumission auquel peuvent parvenir des gens habitués à donner des ordres à leurs subordonnés et à parler très haut, mais un tel comportement est universel. »  Lacroix Riz