Archive pour juin 19th, 2009

Qualités de l’orateur

juin 19, 2009

« Les principales vertus ou qualités morales qui conviennent à l’orateur sont la probité, la prudence, la bienveillance et la modestie. Aristote ne demande que les trois premières ; mais les rhéteurs venus depuis exigent avec raison que la modestie serve de complément aux trois autres.

L’orateur parait modeste quand il parait s’oublier lui-même pour ne s’occuper que de son sujet. Cette vertu plait à tout le monde, tandis que la présomption et l’orgueil révoltent tous les esprits. Nous avons tous, dit Quintilien, je ne sais quelle fierté naturelle qui se révolte contre celui qui s’annonce comme supérieur aux autres, et nous élevons volontiers ceux qui s’abaissent, il faut donc que l’orateur soit simple et sans prétention. »

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles P 45 (1)

*

Exemple :

*

Débats sur les temps de parole.

Mais débat non-équilibré, bullying : un contre tous.

***

(1) Ou page 43-44 du google book : Abbé girard, préceptes de rhétorique :

http://books.google.fr/books?id=CSMVAAAAQAAJ&pg=RA1-PT9&dq=abb%C3%A9+girard+rhetorique

Calmer les passions

juin 19, 2009

« Les principaux moyens pour calmer les passions sont le sang-froid, les passions contraires et la plaisanterie.

147. Quand l’orateur est obligé de lutter contre des passions irritées, il peut employer le langage d’une froide raison et examiner un à un les sophismes qui ont égaré l’auditoire. Un infaillible moyen d’éteindre la flamme que d’autres ont allumée, c’est de montrer autant de sang froid qu’ils ont déployé de chaleur, et de réduire au néant par un style simple et uni, les idées qu’ils ont grossis par leur véhémence et leurs hyperboles. »

Cours élémentaire de rhétorique. M l’abbé de Verniolles P 70

****

Un exemple :

*

Ce n’est pas pour autant que ces policiers aient du mérite, ils ne font que suivre les directives qui leur sont données, on leur fait jouer un rôle d’idiots utiles, qui une fois allument le feu, et une autre fois sont envoyé l’éteindre.

Mœurs de l’orateur.

juin 19, 2009

« Qu’un homme ait de la piété, de la justice, de la bonne foi, de la tempérance e c t ; en un mot qu’il mène une vie conforme aux règles de la saine morale, ou au contraire qu’il soit fourbe, colère, vindicatif, injuste, de mauvaise foi e c t ; c’est ce qu’on appelle mœurs  réelles, mais qu’un homme vertueux ou vicieux paraisse tel ou tel lorsqu’il parle, c’est ce qu’on appelle mœurs oratoires. »

Préceptes de rhétorique ; Abbé Girard P 25