Des moyens de toucher ou des passions.

« En philosophie, on entend par passions de violents mouvements de l’âme qui nous portent vers un objet ou qui nous en détournent. Aristote les définit : diverses affections de l’âme qui changent nos jugements et sont suivît de peine ou de plaisir.

En rhétorique on entend par passions les diverses émotions que l’orateur reçoit de son sujet et qu’il communique aux autre par le discours. […]

C’est par les passions que l’éloquence triomphe et qu’elle règne sur les cœurs.  Celui qui sait les exciter à propos maîtrise à son gré les esprits. […]

Toutes les passions se rapportent à deux principales qui sont l’amour et la haine ; car elles ont toutes pour objet ce qui nous plait ou déplait. Ces deux passions primitives se modifient de plusieurs manières et prennent différents noms. Ainsi l’amour s’appelle pitié, tendresse, reconnaissance, admiration, selon que l’objet aimé nous présente des malheurs qui nous touchent, des qualités qui nous gagnent, des bienfaits qui nous attirent, des avantages qui nous ravissent. La haine prend le nom de crainte, de honte, de colère, d’indignation, selon que l’objet détesté présente le danger, l’infamie, la violence ou l’outrage. […]

Trois qualités sont indispensables à l’orateur qui veut exciter les passions de son auditoire : sentir vivement ce qu’il doit dire , peindre fortement aux autres ce qu’il sent, distinguer sûrement l’usage qu’il doit faire de cette double puissance. »

Cours élémentaires de rhétorique.  M. L’abbé Verniolles.

******************

Pour en revenir à cet article :

https://antidragon.wordpress.com/2009/06/11/francois-bayrou-a-tort/

ou cette vidéo :

Il était question de savoir pourquoi l’opinion publique n’a pas tenu rigueur  de la chaleur exprimée par Philippe de Villlier, ou pourquoi les jeunes qui agressent Bruno Gollnish donnent l’impression d’avoir raison – à l’opinion publique -;  C’est que le ton qui y est employé est celui de l’indignation.

Philippe de Villlier s’indigne et il a raison parce qu’il y a outrage de la part de Daniel Cohn Bendit.

Mais les jeunes qui agressent Gollnish sont indignés alors qu’il n’y a pas eu outrage. Ils feignent l’indignation pour faire croire qu’il y a eu outrage. En rhétorique on appelle cela  : agir sur les passions.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :