La forme

« Quoique cet hymen (mariage) regardé comme une affaire de convenance de part et d’autre, fût déterminé depuis un certain temps, comme on était alors esclave de la forme, on envoya des ambassadeurs, et on choisit à cet effet, non les plus capables, mais les plus riches seigneurs de la cour à qui on eut soin de donner des secrétaires entendus chargés de régler les articles du contrat et les intérêts des deux Etats. On laissa aux ambassadeur le soin d’avoir des habits superbes, une livrée immense, des équipages au plus leste, et de se ruiner, si bon leur semblait, pourvu qu’ils fissent honneur à leur maître par un luxe excessif : pour de la capacité on les en tint quitte. »

La Molière ; Angola histoire indiènne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :