Archive pour mai 31st, 2009

Sondage T

mai 31, 2009

Sondage W

mai 31, 2009

Sondage l

mai 31, 2009

********************************************

Sondage J

mai 31, 2009

sondage H

mai 31, 2009

Sondage F

mai 31, 2009

Sondage E

mai 31, 2009

sondage D

mai 31, 2009

Chanson religieuse (3)

mai 31, 2009

Occupation médiatique

mai 31, 2009

Cohn Bendit le matin

Cohn Bendit à midi

Cohn Bendit l’après midi

Cohn Bendit le soir

Mais qui est donc Cohn Bendit ? Pourquoi est-il sans arrêt invité à la TV ?

Est-il un intellectuel ? Dirige-t-il un important parti ? A-t-il des idées originales ?

Qui décide de l’inviter ?

Qui décide de lui donner la parole ?

Qui décide de nous imposer ses idées ?

De la cour

mai 31, 2009

« Il n’y avait rien de si bourgeois et de si plat que d’avoir la vue bonne : tous les gens d’une certaine façon clignotaient et ne voyaient pas à quatre pas, et sans cela il n’y aurait pas eut moyen d’y tenir, il aurait fallut saluer tout le genre humain. »

La Molière ; Angola histoire indienne

*

Parlerait-on des autruches de la cour du politiquement correct ?

Le formalisme de la fée Mutine

mai 31, 2009

« La fée Mutine fut la seule qui ne la vit pas chez elle; elle était arrivée quelque jours auparavant et trouva fort singulier que la fée Lumineuse, la dernière arrivée, ne fût point venue la voir et se fût contentée de se faire écrire à sa porte ; c’était une femme d’un caractère altier et féroce, esclave des égards les plus superficiels. Le roi l’avait invitée plutôt par crainte de la désobliger en l’oubliant, que par envie de la voir. Déjà piquée de la préférence qu’il marquait pour la fée Lumineuse, et de la différence de l’accueil, elle résolut de ne pas laisser passer cette fête sans y apporter quelque trouble. »

La Molière ; Angola histoire indienne

La forme

mai 31, 2009

« Quoique cet hymen (mariage) regardé comme une affaire de convenance de part et d’autre, fût déterminé depuis un certain temps, comme on était alors esclave de la forme, on envoya des ambassadeurs, et on choisit à cet effet, non les plus capables, mais les plus riches seigneurs de la cour à qui on eut soin de donner des secrétaires entendus chargés de régler les articles du contrat et les intérêts des deux Etats. On laissa aux ambassadeur le soin d’avoir des habits superbes, une livrée immense, des équipages au plus leste, et de se ruiner, si bon leur semblait, pourvu qu’ils fissent honneur à leur maître par un luxe excessif : pour de la capacité on les en tint quitte. »

La Molière ; Angola histoire indiènne.

Le bourgeois

mai 31, 2009

« Ce chevalier de la Morlière qui retape son chapeau sur son oreille, qui porte la tête au vent, qui vous regarde le passant par-dessus l’épaule, qui fait battre une longue épée le long de sa cuisse, qui a l’insulte toute prête pour celui qui n’en porte point, et qui semble adresser un défi à tout venant, que fait-il ? Tout ce qu’il peut pour se persuader qu’il est un homme de cœur ; mais il est lâche. Offrez-lui une croquignole sur le bout du nez, et il la recevra avec douceur. Voulez-vous lui faire baisser le ton, élevez-le. Montrez-lui votre canne, ou appliquez votre pied entre ses fesses ; tout étonné de se trouvé lâche, il vous demandera qui  vous l’a appris ? D’où le savez-vous ? Lui-même l’ignorait le moment précédent ; une longue et habituelle singerie de bravoure lui en avait imposé. Il avait tant fait les mines, qu’il se croyait la chose. »

Opinion de Diderot. (?)